L'arrondissement historique de Trois-Rivières et le parc portuaire voisin ainsi que l'alignement des maisons de Louiseville, sont également des paysages urbains incontournables et déjà reconnus de la Mauricie.

La CRÉ Mauricie prépare un Plan paysage

Connaissez-vous les beaux paysages de la Mauricie? Sûrement quelques-uns car la région est plutôt choyée de ce côté. Vaut-il la peine de les identifier officiellement, de les protéger, les exploiter, les mettre en valeur?
Le sujet s'avère suffisamment intéressant pour que des commissions se penchent sérieusement sur ces questions un peu partout au Québec et la région ne fait pas exception. Actuellement, seule la Gaspésie et l'Estrie ont terminé l'exercice et publié leur charte des paysages et même dans le cas de l'Estrie, un manuel de bonnes pratiques.
La Commission régionale des ressources de la Mauricie vient pour sa part de présenter aux membres de la Conférence régionale des élus de la Mauricie le Plan paysage de la Mauricie en attendant de le dévoiler au public un peu plus tard au cours de l'année. Inutile de le chercher sur le site Internet de la CRÉ, le volumineux document n'y est pas encore disponible.
L'exercice prend place dans le cadre du Plan régional de développement intégré des ressources et du territoire. Nathalie Blais, ingénieure forestière et chef d'équipe pour les ressources naturelles à la CRÉ Mauricie, explique qu'en 2010 la commission a déposé un plan régional de développement intégré des ressources et du territoire. Or, le paysage est aussi considéré comme une ressource naturelle au même titre que la faune et la forêt.
«Dans ce plan, nous avons des orientations et des objectifs directement rattachés aux paysages, note Mme Blais. La priorité est de doter la région d'un outil pour mieux les connaître pour, par la suite, réaliser différents projets et avoir des manières d'intervenir dans le paysage, selon les usages qu'on y trouve déjà, soit en les aménageant, les protégeant ou en les utilisant. Il y a une façon d'utiliser les paysages tout en y faisant de la récolte forestière, des activités agricoles ou récréotouristiques, etc. Tout est dans la manière de le faire.»
Un premier travail stratégique a déjà été fait du nord de la Tuque, en haut du réservoir Gouin, jusqu'au sud de la Mauricie, précise Mme Blais. «C'est un outil global des grandes unités qui pourra être pris par petits bouts et être précisé par la suite.»
Pour l'instant, on refuse d'en dire davantage. Mais à titre d'exemple, Le Nouvelliste a consulté le document gaspésien. On y relate entre autres une préoccupation quand au développement domiciliaire et industriel sur les côtes gaspésiennes et de leurs impacts non seulement sur le paysage mais aussi sur l'accessibilité à l'eau pour tous.
On souhaite améliorer l'affichage, réduire le nombre de bâtiments délabrés, atténuer les parcs à ferraille, etc. Surtout, on aimerait faire de la Gaspésie un terrain d'expérimentation quant à l'intégration des différentes infrastructures de télécommunication et de distribution de l'électricité (fils, pylônes, éoliennes) en invitant Hydro-Québec à y participer.
En Estrie, la charte s'articule autour de onze superbes routes touristiques déjà connues, le Mont Orford et bien sûr la présence anglo-saxonne qui vient teinter le paysage.
On peut avancer qu'en Mauricie, la charte des paysages tournera autour du fleuve Saint-Laurent et le lac Saint-Pierre, la rivière Saint-Maurice, sans oublier les rivières Sainte-Anne et Batiscan, la forêt et ses lacs, sans oublier quelques pôles urbains comme celui de Shawinigan, directement adossé à la rivière Saint-Maurice et celui plus rural de Grandes-Piles... pour ne nommer que ceux-là.
Quelques routes réputées pour leur beauté retiendront sûrement l'attention, dont l'incontournable route panoramique de La Tuque, mais aussi de petits chemins de campagne comme celui qui traverse Saint-Sévère. De beaux points de vue seront fort probablement relevés, dont celui qu'on découvre du haut de Saint-Roch-de-Mékinac, du quai de Saint-Jean-des-Piles, ou de la promenade du Capitaine à Shawinigan.
L'arrondissement historique de Trois-Rivières et le parc portuaire voisin ainsi que l'alignement des maisons de Louiseville, sont également des paysages urbains incontournables et déjà reconnus de la Mauricie.