Le CIUSSS-MCQ annonce que 364 cas sont enregistrés dans la région vendredi.
Le CIUSSS-MCQ annonce que 364 cas sont enregistrés dans la région vendredi.

La COVID-19 exacerbe la pénurie de main-d’oeuvre

TROIS-RIVIÈRES — Les autorités régionales de la santé rapportent désormais 364 cas d’infection à la COVID-19 dans la région. Il s’agit d’une augmentation de 46 cas en 24 heures. Le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec compte maintenant 60 cas chez ses employés, ce qui représente le quart des travailleurs du réseau de la santé infectés au Québec.

«La pénurie de personnel continue de nous toucher. C’était vrai avant l’arrivée de la COVID-19, c’est toujours vrai maintenant», affirme le président-directeur général du CIUSSS MCQ, Carol Fillion. 

«Nous travaillons beaucoup avec notre partenaire syndical pour rehausser les équipes de travail. Pour l’instant, nous pouvons ajouter des aides de service qui viennent en appui au travail des préposés aux bénéficiaires et des infirmières.»

Afin de faire face adéquatement à la pandémie, l’offre de service du CIUSSS MCQ a été modifiée. Cela permet d’assigner les ressources nécessaires pour soigner les personnes les plus durement atteintes par la maladie. 

L’apport de professionnel de la santé à la retraite permettra, croit Carol Fillion, d’atténuer cette pénurie de travailleurs en période de pandémie. Il mentionne que près de 289 infirmières se sont déjà manifestées sur le site jecontribuecovid19.gouv.qc.ca. 

«Avec ces personnes, je suis convaincu qu’on va maintenir notre offre de service», soutient le PDG du CIUSSS MCQ. 

Du côté du CHSLD Laflèche, 40 résidents ont contracté la COVID-19 de même que 19 membres du personnel de cet établissement de Shawinigan. Depuis le début de la pandémie, trois résidents de ce CHSLD sont morts de la COVID-19. 

«On poursuit deux objectifs principaux. Protéger nos personnes âgées en CHSLD et garantir la sécurité de notre personnel», ajoute M. Fillion. 

Afin de limiter la propagation, les patients ont été répartis dans trois groupes. «Nous avons regroupé les personnes qui ont la COVID-19. Et nous avons regroupé aussi les personnes qui ont des symptômes de grippe ou de rhume qui sont apparentés à la COVID. Finalement, le troisième groupe regroupe les patients qui n’ont aucun symptôme», précise Carol Fillion. 

«Il n’y a pas de circulation de personnel entre ces groupes.»

Les critères de dépistage sont modifiés par la santé publique. Si au début de la pandémie, nous observions surtout des cas chez des voyageurs ou des personnes en contact direct avec des voyageurs, ce n’est plus le cas maintenant. Plus à risque d’être infectés, les personnes hospitalisées et le personnel de la santé ont maintenant accès de façon prioritaire aux tests de dépistage. 

«Compte tenu de la transmission qui se décline dans la communauté, on met l’accent sur le réseau. Nous voulons identifier rapidement les personnes hospitalisées pour éviter que ça se propage dans ces établissements», explique la Dre Marie-Josée Godi, directrice régionale de la Direction de la Santé publique. 

«Ça concerne aussi les premiers intervenants comme les pompiers et les ambulanciers.»

Par ailleurs, tout est mis en place dans le réseau de la santé pour empêcher que des personnes infectées par la COVID-19 soient en contact avec d’autres qui ne sont pas touchées par le coronavirus. Les personnes qui n’ont pas de médecin de famille et qui doivent rencontrer un médecin pour d’autres raisons que la COVID-19 peuvent maintenant communiquer au 1 844 313-2029. Ces patients seront alors référencés à un groupe de médecine de famille pouvant l’accueillir.

Nombre de cas en Mauricie et au Centre-du-Québec 

  • Trois-Rivières: 124
  • Centre-de-la-Mauricie: 127
  • Vallée-de-la-Batiscan: 10
  • Bécancour-Nicolet-Yamaska: 4
  • Maskinongé: 46
  • Haut-Saint-Maurice: 0
  • Arthabaska-l’Érable: 11
  • Drummond: 42
  • TOTAL: 364