La Coopérative n’arrive toujours pas à obtenir son permis d’abattage.
La Coopérative n’arrive toujours pas à obtenir son permis d’abattage.

La Coopérative de solidarité Abattoir Massicotte ralentie par une pénurie de vétérinaires

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
SAINT-LUC-DE-VINCENNES — Les producteurs d’espèces à plumes de la Mauricie rêvent de ne plus avoir à courir à Drummondville, à Lévis ou, pire encore, jusqu’à l’Île d’Orléans pour faire abattre leurs animaux. Tous les espoirs étaient permis lorsque le seul abattoir de petits animaux de la région, l’Abattoir Massicotte de Saint-Luc-de-Vincennes, avait été vendu, en 2016, à la Coopérative de solidarité Abattoir Massicotte. Depuis, plus rien.