Le maire de Saint-Stanislas, Luc Pellerin.

La construction du pont commence

Saint-Stanislas — La machinerie lourde commence à s’installer. Des locaux ont été aménagés pour loger les constructeurs. La phase 1 de la construction du futur pont qui enjambera la rivière Batiscan, sur la route 159, à Saint-Stanislas et de ses approches s’amorce.

Ce contrat de 12 millions $ avant taxes, d’une durée de 50 semaines, sera réalisé en trois phases sur deux ans et permettra de remplacer l’actuel pont de fer vieux de 96 ans.

Le maire, Luc Pellerin, ne cache pas sa hâte. C’est que le futur pont aura un certain charme. Il comprendra en effet un trottoir pour les piétons et même un belvédère en plein milieu de la voie piétonnière, où il sera possible d’aller s’asseoir pour observer la rivière. «Ça va être beau», prévoit-il. Un escalier et une aire de repos avec espaces de stationnement sur la rue Principale font également partie du projet. L’ancien pont, lui, restera en fonction jusqu’à la toute fin des travaux. Il sera par la suite démoli. Le maire Pellerin indique que certains citoyens auraient souhaité qu’il soit conservé, pour diverses raisons, mais étant donné que la responsabilité de son entretien aurait été transférée à la Municipalité, il y aurait eu un impact sur les taxes municipales. Cette idée a finalement été rejetée, explique-t-il.

Le projet signifie, rappelons-le, que la Municipalité perd son terrain de balle qu’elle utilisait pour des joutes familiales chaque année.

Le maire Pellerin rappelle que l’ancien député libéral Pierre-Michel Auger avait obtenu pour Saint-Stanislas une aide financière de 961 000 $ pour l’achat et l’aménagement d’un tout nouveau terrain de loisirs modernisé.

«C’est un projet de 2,3 millions $, signale le maire. «Il faut drainer le terrain, construire un nouveau bâtiment de services, ajouter de l’éclairage. On y aménagera un terrain de tennis, une patinoire et un terrain de balle», résume-t-il. «L’ancien terrain était un beau site, mais il manquait un peu d’amour», fait-il valoir.

Pour le maire, ce projet est important puisque l’aménagement de services de loisir peut devenir un élément d’attrait pour de nouveaux citoyens de même que des entreprises qui viendraient s’établir sur son territoire.

La Municipalité espérait que le nouveau terrain de jeux serait disponible dès le printemps, mais il y aura un peu de retard.

Les subventions accordées ne sont pas encore entrées, dit-il. Les élections provinciales, croit-il, ont contribué à allonger les délais.

Le ministère des Transports effectuera un forage sous la rivière pour y faire passer les services d’aqueduc et d’Hydro-Québec.

La phase 1 comprend des travaux de fondations, d’installation de la charpente métallique de même que des travaux d’excavation et de remblayage de la chaussée aux approches de la nouvelle route, soit le rang de la Rivière-Batiscan.

Dans un document présenté l’été dernier, le MTQ précise que le sentier de motoneige ne sera pas affecté, cet hiver, par les travaux. Les résidents auront accès à leur maison en tout temps. Un chenal balisé sera également aménagé afin de maintenir la libre circulation maritime sous le pont.