Les caquistes Donald Martel et Marie-Louise Tardif (en arrière-plan) étaient accompagnés de quelques citoyens, vendredi matin chez Grand-Mère Auto neige, qui dénoncent les hausses des baux de villégiatures qu’ils ont dû encaisser au cours des dernières années.

La CAQ s’engage à geler les loyers en 2019

SHAWINIGAN — Les cinq députés libéraux de la Mauricie sont demeurés les bras croisés alors que l’État impose des hausses spectaculaires aux baux de villégiature depuis 2015, dénoncent Donald Martel et Marie-Louise Tardif, candidats pour la Coalition avenir Québec dans les comtés de Nicolet-Bécancour et Laviolette - Saint-Maurice respectivement. Si leur parti forme le gouvernement à la suite de l’élection du 1er octobre, ils s’engagent à geler les loyers en 2019 et à n’imposer que des hausses égales à l’inflation par la suite.

Les deux caquistes se sont livrés à une charge à fond de train contre l’inertie libérale dans ce dossier, vendredi matin, chez Grand-Mère Auto neige. Ils étaient accompagnés de quelques amateurs de plein air qui ne se sont pas fait prier pour démontrer noir sur blanc les hausses qu’ils ont dû encaisser au fil des années.

Par exemple, Guy Brouillette, de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, montre une correspondance qui indique qu’en 2015, son loyer annuel pour un terrain de villégiature situé à Trois-Rives s’établissait à 1200 $. Lors de son renouvellement pour cinq ans, ce montant est passé à 1565 $ en 2016 et atteindra... 3025 $ en 2020.

Ces hausses ont défrayé la manchette au cours des dernières années. Mme Tardif les trouve totalement injustifiables. Elle s’explique mal qu’à Sainte-Thècle, les baux de villégiatures soient devenus plus dispendieux qu’à Mont-Tremblant, Rimouski, Mont-Laurier et Saint-Donat.

«Cette iniquité n’est pas acceptable», dénonce-t-elle.

«L’abus est épouvantable», renchérit M. Martel. «C’est leur luxe, leurs vacances. Les gens font un choix en fonction de leur budget et ils se font dire que ce serait mieux pour eux de dépenser leur argent à Old Orchard ou en Floride. C’est abusif, c’est sauvage! Du jour au lendemain, ça coûte quatre, cinq, six fois plus cher!»

«L’évaluation du ministère des Ressources naturelles est bâclée», ajoute le député sortant de Nicolet-Bécancour. «Il n’y a pas assez de ventes, dans l’échantillonnage, pour arriver à une bonne évaluation. Les contribuables québécois sont étouffés. On ne peut plus imposer des taxes supérieures au taux d’inflation. On propose donc qu’en 2019, on va geler (les loyers), on va faire un état de situation et après, on s’engage à ne pas augmenter plus haut que le taux d’inflation.»

Les deux candidats considèrent qu’une commande politique suffira pour rétablir la situation. Ils conviennent qu’ils ne peuvent corriger les hausses du passé, mais proposent à tout le moins de mettre un terme à cette spirale.

«On va s’asseoir avec les gens du ministère», prévient Mme Tardif. «Nous avons une très grande ouverture à revoir le système. L’assurance qu’on donne, c’est que ça n’arrivera plus, ces fluctuations, ces inégalités. Nous sommes conscients de l’importance économique que ces gens ont pour le développement du territoire. Nous allons travailler en partenariat.»

M. Martel souligne que les libéraux ont donné des commandes à certains ministères, en 2015, pour obtenir de nouveaux revenus. Selon lui, il s’agirait d’une explication logique aux hausses observées dans la région.

D’ailleurs, il considère que les députés sortants de la Mauricie n’ont pas fait beaucoup d’effort pour alléger le fardeau des contribuables au cours du dernier mandat.

«Ils ont accepté que les gens de la Mauricie payent une taxe scolaire deux, trois fois plus cher que d’autres endroits au Québec», rappelle-t-il. «Ils ont accepté que des gens qui décident de dépenser leur argent touristique au Québec, de faire vivre les petites municipalités, ne soient pas défendus malgré des avis de la MRC de Mékinac, qui n’était pas d’accord avec les évaluations du ministère des Ressources naturelles.»

«On avait une ministre en Mauricie et quatre députés libéraux qui disent qu’ils sont d’excellents joueurs d’équipe pour l’équipe libérale, mais pour les gens de la Mauricie, oubliez-nous!»