La CAQ compte acquérir les quatre comtés de la région lors des élections 2018. Sur la photo, le chef de la CAQ, François Legault (au centre) est accompagné de Donald Martel, député de Nicolet-Bécancour et d'Éric Lefebvre, porte-parole des régions pour la CAQ.

La CAQ a de grandes visées pour la Mauricie

Le chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), François Legault aspire à de grandes visées pour la région de la Mauricie, alors qu'il compte remporter les quatre comtés de la région lors des prochaines élections provinciales qui auront lieu en octobre 2018.
C'est d'ailleurs sur la question de l'économie de la Mauricie que souhaite se pencher le chef de la CAQ, si son parti est élu aux prochaines élections. «La région de Trois-Rivières a deux atouts majeurs avec son port et son université. Il n'y a donc pas de raisons pour que la région se retrouve dernière en économie», a précisé M. Legault, de passage à Trois-Rivières dimanche.
Chiffres à l'appui, François Legault a notamment précisé que les salaires des familles de la Mauricie sont près de 4500 $ inférieurs à la moyenne, que depuis 2003 ce sont plus de 4000 jeunes âgés de 20 à 34 ans qui ont quitté la région, en plus de mentionner que depuis un an, il y a 5200 emplois de moins dans la région. Une situation que le chef de la CAQ attribue notamment aux actions du gouvernement libéral qui est au pouvoir depuis quelques années. 
Cette piètre performance économique de la région de la Mauricie au cours des dernières années est donc ce qui préoccupe le plus M. Legault. Il souhaite renverser cette tendance le plus rapidement possible par des actions concrètes, soutient-il. «On veut premièrement garder les jeunes en région, en créant des emplois de qualité dans le secteur manufacturier, mais on va aussi s'assurer d'attirer des investissements importants et des emplois bien payés à Trois-Rivières.»
Même son de cloche du côté du député de Nicolet-Bécancour qui souhaite améliorer cette tendance avec ses futurs confrères. En plus de cette préoccupation économique, Donald Martel a tenu à mentionner que l'accès à Internet haute vitesse partout sur le territoire de la Mauricie serait une priorité pour la CAQ.
«On va s'assurer que l'accessibilité à Internet haute vitesse soit disponible sur tout le territoire. On va régler cette question une fois pour toutes, car ce n'est pas normal qu'en 2017, Internet haute vitesse ne soit pas disponible partout sur le territoire. On va aussi tenter d'attirer des familles en région en remettant plus d'argent dans les poches des contribuables. Trop souvent au cours des dernières années, la solution facile était d'aller piger dans les poches des citoyens, mais on va mettre fin à ça avec un gouvernement de la CAQ», soutient Donald Martel.
Bien que le thème de l'économie de la région soit au coeur des préoccupations lors du caucus de la rentrée du parti qui aura lieu ce lundi à Shawinigan, plusieurs autres sujets seront abordés pour l'ensemble du Québec. 
«On va bien évidemment parler des grands enjeux qui touchent le Québec, dont l'éducation, la santé et le sort des migrants», mentionne-t-il.
Le chef caquiste était de passage à Trois-Rivières dimanche midi, au Stade Stéréo Plus, où il a effectué le lancer protocolaire du match opposant les Aigles de Trois-Rivières aux Jackals du New Jersey, de la ligue de baseball Can-Am.
Il en a profité pour serrer des mains. D'ailleurs, M. Legault s'est activé tout l'été dans plusieurs régions du Québec en multipliant les rencontres et en présentant des candidatures en vue des prochaines élections générales en 2018.
S'il devient premier ministre, M. Legault promet entre autres de mieux financer la faculté de génie de l'Université du Québec à Trois-Rivières.
Il présentera ses candidats en Mauricie «en temps et lieu». Des rumeurs circulent voulant que l'ancienne procureure de la Commission Charbonneau et conseillère de la CAQ en matière d'éthique et d'intégrité, Sonia Lebel, se présente dans l'un des quatre comtés de la région.
«La CAQ vise un grand chelem; donc on vise quatre points, quatre comtés sur quatre pour la CAQ en 2018, a indiqué M. Legault. Évidemment, le fait que les sondages montrent qu'on semble être l'alternative (aux libéraux), ça va nous faciliter la vie dans les prochains mois.»
De récents sondages suggèrent que la CAQ profite d'un élan de popularité. Un sondage Léger-Le Journal-Le Devoir-The Globe and Mail publié samedi place la CAQ en deuxième position derrière les libéraux, avec 28 pour cent des intentions de vote. 
La CAQ serait première chez les électeurs francophones, à Québec et dans les régions, selon le coup de sonde.
M. Legault s'est maintes fois prononcé cet été sur la question des demandeurs d'asile. Il a maintenu sur les réseaux sociaux que le Québec ne devait pas devenir une «passoire», tout en se questionnant sur la capacité financière des Québécois de payer l'aide sociale aux migrants.
Avec La Presse canadienne