Le maire de La Bostonnais, Michel Sylvain, a remis sa démission le 16 novembre.
Le maire de La Bostonnais, Michel Sylvain, a remis sa démission le 16 novembre.

La Bostonnais sera administrée par la Commission municipale du Québec

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
La Bostonnais— La municipalité de La Bostonnais sera dorénavant administrée par la Commission municipale du Québec (CMQ) puisqu’elle n’a plus suffisamment de conseillers en fonction pour prendre les décisions.

Le conseil ne peut plus tenir de séances puisque le quorum n’est pas atteint. Le maire et trois autres conseillers municipaux ont quitté leurs fonctions récemment. Deux seuls conseillers sont toujours en poste.

C’est donc la CMQ qui remplace le conseil municipal. Elle adopte les résolutions à la place du conseil pour que la municipalité puisse continuer de fonctionner.

Sur son site web, la CMQ explique que les membres délégués par la Commission «s’assurent de la bonne administration de la municipalité et du maintien des services aux citoyens. Ils font des recommandations à la Commission pour qu’elle prenne les décisions nécessaires. Si le maire et le maire suppléant n’exercent plus leurs fonctions, les membres délégués par la Commission exercent aussi les fonctions du maire».

Les deux membres désignés pour administrer provisoirement la municipalité et maintenir les services aux citoyens sont Me Sylvie Piérard et Me Céline Lahaie.

«Il n’y a plus quorum, donc il n’y a plus de conseil. Ce sont les deux juges administratifs désignés qui remplacent le conseil municipal et qui prennent les décisions», explique Isabelle Rivoal, conseillère en communication pour la CMQ.

«Ils vont travailler avec les personnes en place dans le meilleur intérêt de la municipalité. Les juges administratifs désignés ont l’habitude de ça», ajoute-t-elle.

La municipalité est administrée par la Commission jusqu’à ce que l’élection de nouveaux conseillers municipaux permette de retrouver le quorum au conseil.

Durant l’administration provisoire, il n’y a plus de séances du conseil et aucune décision ne sera prise sans l’aval de la Commission municipale.

Le jour du scrutin doit être fixé par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation.