À l'Institut secondaire Keranna, le bris d’eau important est survenu à 7 h 45.

Keranna et les Estacades ont dû fermer lundi

Trois-Rivières — L’Institut secondaire Keranna de même que l’Académie les Estacades ont été tous deux contraints de suspendre leurs activités, lundi matin.

Dans le cas de Keranna, un bris d’eau important est survenu à 7 h 45 au point de raccordement entre la conduite de la Ville et la conduite principale de l’école, ce qui a forcé la suspension des cours pour la journée puisqu’il n’y avait plus d’eau courante dans la bâtisse.

Le bris étant sur les terrains de Keranna, la direction a eu recours à son fournisseur en matière de plomberie pour venir réparer la fuite qui se situait juste à l’entrée du stationnement, devant l’école.

Les élèves qui commençaient à arriver, soit par autobus de la Ville ou par les autobus jaunes de Scobus, ont dû rebrousser chemin de la même manière. Les parents qui transportent habituellement leur enfant eux-mêmes se sont fait dire de le ramener à la maison.

Tout le personnel s’est toutefois mis à la tâche pour contacter tous les autres parents afin de les aviser que leur enfant serait renvoyé à la maison. La tâche s’est faite assez rapidement même si pas moins de 600 parents devaient être contactés, raconte la directrice générale, Julie L’Heureux, soulagée d’avoir eu en sa possession un plan d’urgence pour réagir promptement à cet imprévu.

«Dans certains cas, il a fallu appeler les parents dans les milieux de travail parce que le numéro à la maison avait changé», raconte-t-elle.

Malgré tout le branle-bas de combat, les activités parascolaires qui se déroulent chaque soir à l’école jusqu’à 22 h 30 ont pu avoir lieu.

Le retour en classe se fera normalement mardi.

La journée scolaire perdue ne sera pas reprise. Mme L’Heureux indique que le calendrier scolaire est pensé en fonction de la perte de quelques journées dans l’année, notamment à cause des tempêtes de neige. Ce week-end de trois jours imprévu n’empêchera pas Keranna de livrer les 183 jours obligatoires de classe imposés par le ministère de l’Éducation, assure Mme L’Heureux.

Du côté de l’Académie des Estacades, une panne d’électricité occasionnée par un bris de transformateur a privé l’école de chauffage, ce qui a forcé l’établissement à fermer ses portes pour toute la journée de lundi, elle aussi. Quelque 1500 élèves n’ont donc pas pu entrer en classe comme prévu. «C’est une journée perdue», précise Anne-Marie Bellerose du service des communications de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Une alarme indiquant une baisse de la température dans l’école s’était déclenchée dimanche soir. À 7 h, lundi, les autorités de l’école ont donc avisé les médias que l’établissement ne serait pas ouvert, une information qui a aussi été postée sur Facebook.