Le premier ministre Justin Trudeau était de passage à Saint-Tite, samedi après-midi.

Justin Trudeau en visite au Festival western de Saint-Tite

SAINT-TITE — C'était au tour du premier ministre Justin Trudeau de prendre un bain de foule au Festival western de Saint-Tite, samedi.

M. Trudeau est arrivé en début d'après-midi, sur la rue du Couvent, entouré de ses nombreux gardes du corps. Il était accompagné de sa fille Ella-Grace, de François-Philippe Champagne, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités et député de Saint-Maurice-Champlain, et de Valérie Renaud-Martin, candidate libérale dans Trois-Rivières.

«Le Festival western de Saint-Tite, c’est un endroit et un moment où des gens d’à travers la province et l’Amérique du Nord se rassemblent pour célébrer l’amitié et la culture western, mais surtout, passer de beaux moments. On est très heureux que le fédéral soit là pour appuyer le Festival, mais je suis surtout très content d’être ici pour voir les gens et leur parler», a affirmé M. Trudeau lors d’une brève déclaration devant les médias.

Justin Trudeau en a profité pour serrer de nombreuses main, samedi, à Saint-Tite.

Le premier ministre a ensuite arpenté la rue du Couvent à pied, sans chapeau, mais avec ses bottes de cow-boy aux pieds, créant rapidement un attroupement de curieux. M. Trudeau en a profité pour aller à leur rencontre, leur serrant la main et se faisant prendre en photo, fidèle à son habitude.

Jimmy Mailhot et sa famille font partie de ceux qui ont serré la pince au premier ministre. Bien que surpris de le voir débarquer à Saint-Tite, le Trifluvien paraissait peu impressionné.

«C’est correct [qu’il soit venu]. C’est bien qu’il voie les gens dans la rue», mentionne-t-il, en ajoutant ne pas encore savoir pour qui il votera.

Le premier ministre est également allé à la rencontre d’André Groleau, bénévole au Festival. À l’inverse de M. Mailhot, le Shawiniganais dit être un libéral de longue date. Il est toutefois en désaccord avec la décision de M. Trudeau de légaliser le cannabis.

«On nous a donné comme l’impression qu’on l’avait fait pour avoir des votes et pour enrichir aussi des amis du parti. Et ce que je n’ai pas vraiment accepté, parce que je suis professeur d’éducation physique à la retraite, c’est qu’on n’a pas écouté les spécialistes qui disent que le cannabis, c’est néfaste, surtout à l’adolescence», déplore-t-il.

Fidèle à son habitude, le premier ministre ne s'est pas fait prier pour être pris en photo avec des passants.

Cela n’empêchera pas M. Groleau de voter malgré tout pour le député libéral sortant François-Philippe Champagne, le 21 octobre prochain. «C’est quelqu’un qui est près des gens, mais qui sait aussi les écouter, croit-il. C’est rare!»

De nombreux festivaliers étaient heureux de se faire croquer le portrait en compagnie du premier ministre. Plusieurs autres étaient plutôt indifférents, voire mécontents de le voir à Saint-Tite, certains accusant les chefs de partis politiques de se donner en spectacle. M. Trudeau était en effet le quatrième chef de parti fédéral à s’y présenter depuis le début du festival, il y a un peu plus d’une semaine. Le chef du NPD, Jagmeet Singh, y était le 6 septembre, en compagnie de la députée de Berthier-Maskinongé, Ruth-Ellen Brosseau, celui du Parti conservateur, Andrew Scheer, y était le 7 septembre, entouré des candidats conservateurs de la région, et celui du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, y était vendredi, lui aussi avec les candidats bloquistes de la Mauricie et de Bécancour-Nicolet-Saurel. Les élus de l’Assemblée nationale dans la région, Sonia LeBel, Jean Boulet et Marie-Louise Tardif, ont également fait acte de présence au cours des derniers jours.

Le Festival western de Saint-Tite se poursuit dimanche, avec des rodéos et les activités régulières, jusqu’en fin d’après-midi.