Yves Julien

Yves Julien recouvre sa liberté

LA TUQUE — Après une fin de semaine derrière les barreaux, Yves Julien, a pu recouvrer sa liberté sous de nombreuses conditions. Le pilote de l’hydravion reconnu coupable de négligence criminelle ayant causé la mort de Claude Bélanger en lien avec l’accident survenu en 2011 au lac Geoffrion en Haute-Mauricie, avait été condamné, jeudi dernier, à 42 mois de pénitencier.

La juge de la Cour d’appel a accordé la requête pour une mise en liberté d’Yves Julien en attendant la décision de l’appel.

Rappelons qu’Yves Julien a demandé à la Cour d’appel de renverser le verdict de culpabilité. Les procédures sont toujours en cours.

Il devra toutefois se soumettre à plusieurs conditions, soit un engagement personnel avec dépôt au montant de 1000$ et sans dépôt au montant de 9 000$, garder la paix et avoir une bonne conduite et ne pas communiquer ou tenter de communiquer directement ou indirectement avec les membres de la famille de Claude Bélanger sauf par l’entremise d’avocats.

Il ne pourra pas agir à titre de pilote ou de copilote de tout aéronef, avion, hydravion, hélicoptère ou de tout autre type d’appareils destinés à voler et ne pas effectuer quelque manœuvre que ce soit en regarde de ces appareils. Il ne pourra pas obtenir de documents, un permis ou tout autre type d’autorisation lui permettant de piloter un appareil destiné à voler.

Yves Julien devra se livrer immédiatement aux autorités carcérales des le prononcé de l’arrêt de la Cour rejetant son appel ou avant l’expiration de tout délai déterminé par la Cour ou l’un de ses juges.

La juge de la Cour d’appel a également suspendu le paiement de la suramende compensatoire jusqu’à la décision définitive sur l’appel et elle a prolongé le délai pour la production du mémoire de l’appelant au 30 mai 2018.

Rappelons que le 16 septembre 2011, Yves Julien et son ami Claude ont entrepris vers 17h45 un vol en direction du lac Geoffrion. Le pilote était titulaire d’un permis d’élève-pilote seulement. Ils sont arrivés à destination vers 19h. L’accusé a survolé le lac Geoffrin avant d’entreprendre les procédures d’amerrissage. Après plusieurs tentatives infructueuses, l’hydravion a frappé de plein fouet le lac.