Voleur de passeports

La Tuque — Jean-Pierre Dostie a écopé de 10 mois d’emprisonnement mardi au palais de justice de La Tuque. Il a reconnu sa culpabilité pour de nombreux chefs d’accusation, dont trois introductions par effraction dans des maisons. L’individu volait notamment des papiers d’identité et des passeports.

Ce sont des appels anonymes qui ont amené les policiers aux trousses de l’individu qui faisait l’objet de plusieurs mandats d’arrestation datant d’environ deux ans dans le secteur de Shawinigan.

«Il y avait des traces fraîches dans la neige. Les policiers vont suivre les traces et trouver monsieur qui se cache en dessous d’un camion dans la cour arrière. Ils vont l’arrêter», a raconté le procureur de la Couronne, Me Éric Thériault.

En suivant d’autres traces dans la neige, les policiers ont découvert une valise et un coffre-fort dans lesquels se trouvent plusieurs effets personnels de différents résidents de La Tuque. Les documents seront par la suite reliés à des introductions par effraction qui s’étaient produites quelques jours auparavant.

«Quand les policiers ouvrent la valise, ils se rendent compte qu’elle contient des passeports», a indiqué le procureur.

L’individu a par la suite demandé la permission aux policiers de rentrer à l’intérieur de son domicile pour récupérer des effets personnels. Pendant que l’individu fait ses bagages, un policier a remarqué d’autres documents appartenant aux victimes. «Presque la totalité des objets volés ont été retrouvés chez M. Dostie, télévision, passeports, acte de naissance…», a fait savoir Me Thériault.

Le procureur de la Couronne a demandé au juge d’imposer une peine d’emprisonnement de 10 mois «de façon consécutive aux dossiers de Shawinigan» qui ont été réglés en décembre.

Il a fait remarquer au juge que l’individu avait beaucoup d’antécédents judiciaires, mais également qu’il avait plaidé coupable rapidement, que les biens avaient été retrouvés et qu’il avait collaboré avec les policiers. «Si monsieur avait rapatrié tous ces dossiers, il aurait eu une peine de détention de 16 mois. […] Ce n’est pas sévère, loin de là, mais ce n’est pas contre l’intérêt du public», a-t-il lancé.

Il s’agissait d’une suggestion commune des deux avocats, le juge David Bouchard l’a acceptée. «C’est une peine qui n’est pas contre l’intérêt de la justice», a-t-il indiqué.