Jimmy Doucet Boisvert

Violente agression armée: trois autres suspects règlent leurs comptes

TROIS-RIVIÈRES — Trois des cinq jeunes arrêtés en mars dernier pour une violente agression armée perpétrée contre deux personnes dans un logement de la rue Saint-François-Xavier à Trois-Rivières ont disposé de leurs dossiers, jeudi.

Parmi eux, il y a Jimmy Doucet-Boisvert, l’instigateur de cette agression. Il a en effet reconnu sa culpabilité à des accusations de voies de fait armées et de menaces. Dans la foulée, il a plaidé coupable à des chefs d’entrave, de possession de cannabis et de haschich et de bris de conditions, ce qui lui a valu un total de 32 mois de pénitencier. Compte tenu de la détention provisoire, il lui reste deux ans moins un jour à purger. Il devra ensuite respecter une probation pendant deux ans.

Il s’agit d’une suggestion de sentence qui avait été soumise par la procureure au dossier, Me Pascale Tremblay, et l’avocat de la défense, Me Mario Mélançon. Ils ont tenu compte de son rôle majeur dans cette affaire et des blessures importantes causées aux victimes. Le juge Jacques Trudel a accepté de l’entériner tout en lui rappelant que cette histoire aurait pu lui coûter plus cher. Au départ, le jeune homme était en effet accusé de tentative de meurtre. «Il s’en est fallu de très peu pour que des morts vous soient reprochées», a-t-il précisé.

Rappelons que cette affaire résulte au départ d’un conflit entre deux amis lié à un triangle amoureux et la garde d’un chien. Jimmy Doucet-Boisvert décide donc de récupérer son chien chez son ami, non sans proférer des menaces. Il a ensuite planifié une opération en faisant appel à Alex Vallée, Alexis Lalande, Tom Drapeau et Jonathan Tremblay-Grenier. Le 22 mars vers 12 h 15, ils se sont rendus au domicile de l’ancien ami tout en prenant soin d’apporter des bâtons de baseball et de hockey. Alex Vallée avait pour sa part opté pour un revolver qu’il avait déjà en sa possession.

La situation a cependant dégénéré. L’homme qui avait gardé le chien n’était pas là mais sa sœur et le conjoint de celle-ci étaient présents. Le ton a monté ce qui a valu à la jeune femme de recevoir des coups de bâton sur la tête. Elle a voulu se défendre avec une pelle mais Alex Vallée a tiré en sa direction, l’atteignant aux cuisses.

Jonathan Tremblay-Grenier

Lorsque le conjoint s’est pointé, les suspects ont voulu prendre la fuite. Celui-ci a notamment essayé de les arrêter mais Vallée a utilisé son revolver une autre fois en le tirant au thorax. Les deux victimes ont d’ailleurs dû être conduites à l’hôpital.

L’enquête policière a permis de retracer les cinq suspects dans les heures suivantes. Alex Vallée a été le premier à régler ses dossiers en plaidant coupable à plusieurs accusations dont celle d’avoir intentionnellement déchargé une arme à feu contre les deux victimes dans le but de blesser ou mutile, ce qui lui a valu 68 mois de prison.

Jeudi, il n’y a pas que Jimmy Doucet-Boisvert qui a réglé ses comptes avec la justice. Jonathan Tremblay-Grenier, qui est défendu par Me David Edmunds, a plaidé coupable à une infraction réduite, soit celle de complicité après le fait pour les voies de fait armées. Dans son cas toutefois, un rapport présentenciel sera confectionné pour guider le tribunal sur la peine à prononcer. Il reviendra en cour le 12 février.

Même chose pour Tom Drapeau défendu par Me Yvan Braun, qui lui a aussi plaidé coupable à un chef de complicité après le fait.

Notons que l’implication de ces deux individus s’est limitée à conduire les véhicules pour se rendre chez les victimes et pour ensuite fuir les lieux. Ils n’ont pas participé directement aux agressions.

Tom Drapeau

À ce jour, seul Alexis Lalande n’a pas réglé ses dossiers. Le processus judiciaire suit toujours son cours.