Valérie Poulin Collins, photographiée en juillet dernier au palais de justice de Trois-Rivières.

Valérie Poulin Collins: le 3 avril

Trois-Rivières — Le dossier de Valérie Poulin Collins reviendra devant le tribunal le 3 avril et on s’attend à ce que la jeune femme prenne position dans un dossier de bris de condition.

Cette Trifluvienne de 25 ans est accusée de bris de probation dans son dossier judiciaire. En mai 2014, elle avait enlevé un poupon à l’hôpital de Trois-Rivières. Elle s’était déguisée en infirmière pour sortir de l’hôpital avec la petite fille qui a été retrouvée rapidement à la suite du déclenchement d’une alerte Amber.

Poulin Collins avait été condamnée en octobre 2014 à 31 mois d’emprisonnement. En soustrayant la détention préventive, cela équivalait à deux ans moins un jour de prison. La cour lui a imposé une période de probation, valide jusqu’en 2019, incluant un suivi psychologique. Sauf qu’à l’été de 2018, Valérie Poulin Collins n’aurait pas respecté cette condition concernant le suivi psychologique, ce qui a conduit à son arrestation à la fin du mois de juillet et au dépôt de deux accusations de bris d’engagement.

Elle est soupçonnée de ne pas avoir respecté deux conditions, soit celle de suivre et de compléter les thérapies et traitements suggérés par l’agent de probation ainsi que de respecter son suivi psychiatrique avec tout médecin psychiatre ou autre docteur référé et prendre la médication prescrite par ce dernier.

Rappelons que Valérie Poulin Collins a été libérée de prison le 28 février 2016 après avoir purgé les deux tiers de sa peine. Sa réinsertion sociale s’est amorcée après un séjour d’un peu plus de trois mois en thérapie fermée au Pavillon de l’assuétude de Shawinigan.