Il faut remonter à 1929 pour retracer un drame où plus de deux personnes ont été assassinées à Trois-Rivières. Mardi, trois victimes ont perdu la vie sur la rue Sicard (notre photo).

Une sombre page d'histoire

Le drame survenu mardi constituerait une triste page dans l'histoire criminelle de Trois-Rivières. S'il y a eu au cours des dernières décennies des doubles meurtres, il faut remonter à 1929 pour retracer un événement au cours duquel plus de deux personnes ont été assassinées.
Mentalement instable, Andrew Day, un ouvrier de la St. Lawrence Paper Mills de Trois-Rivières, a assassiné sa femme et ses sept enfants avant de tenter de s'enlever la vie. L'homme avait été appréhendé par les policiers alors qu'il déambulait blessé à la gorge. Par la suite, l'homme a avoué son crime et a été jugé inapte à subir son procès. Day a été incarcéré à l'aile psychiatrique de la prison de Bordeaux.
Parmi les doubles meurtres survenus à Trois-Rivières, on compte celui de Rosaire Robidoux et de son épouse Mercédès Bondu-Robidoux, en janvier 2000 dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, de même que la décapitation des parents d'Alain Piché, en mars 2007.