Une soirée bien arrosée qui tourne mal

SHAWINIGAN — Jacques Grenier, 58 ans du secteur Grand-Mère, a été condamné à une peine de six mois de prison pour avoir agressé sexuellement une femme lors d’une soirée bien arrosée entre amis.

Il devra en plus se soumettre à une probation pendant deux ans et il sera inscrit au Registre des délinquants sexuels pendant dix ans.

Les événements sont survenus en décembre 2015. Au cours d’une soirée entre amis, la victime, âgée d’une quarantaine d’années, a décidé d’aller se coucher parce qu’elle ne se sentait pas bien. C’est alors que Jacques Grenier en a profité pour se rendre dans la chambre où elle se trouvait afin de se livrer à des attouchements sexuels sur ses parties génitales et ses fesses. Il a d’ailleurs été surpris en pleine action par ses amis.

Dans le cadre d’un procès qui a duré deux jours, la défense a prétendu que la victime était consentante, ce qui n’était pas le cas selon la procureure de la Couronne, Me Audrey-Anne Boily.

Jacques Grenier a d’ailleurs été déclaré coupable d’agression sexuelle.

Dans le cadre des plaidoiries sur sentence qui ont eu lieu au palais de justice de Shawinigan, Me Boily a réclamé six mois de prison et une probation de deux ans alors que Me Pierre Goulet à la défense a plutôt réclamé une absolution conditionnelle pour son client.

Or, le juge Jacques Lacoursière s’est rendu aux arguments de la Couronne en concluant qu’il fallait bel et bien envoyer un message clair à la société sur l’importance de la dissuasion générale et de la dénonciation en lien avec les crimes à caractère sexuel, encore plus sur une personne en situation de vulnérabilité comme la victime. Il a aussi tenu compte dans ce cas précis du facteur de dissuasion spécifique puisque Jacques Grenier avait plutôt tenté de se victimiser dans cette affaire en jetant le blâme sur la femme.