Une dame de 69 ans est décédée mardi matin sur la route 153 à Sainte-Thècle, après avoir été happée par une voiture.

Une sexagénaire happée mortellement

Sainte-Thècle — La route a fait une victime, mardi matin à Sainte-Thècle. Une dame de 69 ans qui traversait à pied la route 153 a perdu la vie lorsqu’elle a été happée par un véhicule conduit par un homme de 28 ans.

L’accident est survenu vers 9 h du matin sur une portion droite de la route, où la limite de vitesse passait de 50 à 80 km/h. Selon les premières constatations, la dame marchait en bordure de la route Rang Saint-Pierre Nord lorsqu’elle aurait voulu traverser la chaussée pour se rendre vers son domicile. C’est à ce moment que l’automobiliste l’a heurtée violemment.

Des manœuvres ont été tentées sur place par des proches pour tenter de sauver la dame, qui a été transportée à l’hôpital où son décès a été constaté. Le conducteur a lui aussi été transporté pour traiter un choc nerveux.

Selon le sergent Hugues Beaulieu de la Sûreté du Québec, aucune trace de freinage n’aurait été constatée sur place. Toutefois, l’enquête visera à déterminer si des éléments de nature criminelle pourraient avoir causé l’incident. Les enquêteurs devront notamment vérifier les hypothèses de la vitesse, de l’alcool au volant ou même du message texte au volant.

Les reconstitutionnistes et enquêteurs en scènes de collision de la Sûreté du Québec enquêtent présentement sur les lieux. Ils devront aussi rencontrer le conducteur pour établir les circonstances de l’accident. Ce dernier pourrait être rencontré au cours des prochaines heures, dès que son état de santé le permettra.

La route 153 a été fermée une bonne partie de la journée afin de permettre à la Sûreté du Québec de mener son enquête.

La Municipalité souhaite offrir ses sympathies à la famille et aux proches de la dame, affirme la directrice générale adjointe de Sainte-Thècle, Valérie Fiset. «On ne s’attend jamais à ce genre de choses. À Sainte-Thècle, la majorité des gens se connaissent, donc les voisins doivent être très ébranlés par la situation. C’est vraiment désolant», explique-t-elle. «C’est une route pour laquelle nous avions eu une demande pour faire baisser la vitesse, ce qui a été fait il y a environ deux ans.» Valérie Fiset estime que le secteur n’est pas nécessairement dangereux.

Le propriétaire d’un commerce avoisinant avait fait la demande à la Municipalité de descendre la limite de vitesse à 50 km/h. Elle a finalement été fixée à 80 km/h. «C’est triste pour la famille. J’espère que ça n’arrivera plus», affirme Richard Miron du casse-croûte Tournesol.

Avec la collaboration

de Judy-Ann Désalliers