Philippe Mailhot, cet ex-joueur de hockey du Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon, a plaidé coupable à une accusation réduite de voie de fait causant des lésions corporelles au lieu de voie de fait grave.

Une sentence le 21 février pour Philippe Mailhot

Trois-Rivières — La sentence de Philippe Mailhot, cet ex-joueur de hockey du Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon qui a violemment agressé le défenseur Louis-Étienne Leblanc lors d’un match contre le Big Foot de Saint-Léonard-d’Aston, sera connue le 21 février.

On sait que Philippe Mailhot a plaidé coupable à une accusation réduite de voie de fait causant des lésions corporelles au lieu de voie de fait grave. Dans le cadre des représentations sur sentence, la Couronne a réclamé 90 jours de prison à être purgés de façon discontinue, une probation et des travaux communautaires. La défense a plutôt suggéré une absolution conditionnelle.

Rappelons que les événements étaient survenus lors de la période d’échauffement d’un match des séries éliminatoires disputé le 14 mars 2015 dans la Ligue de hockey senior A de la Mauricie à l’aréna de Saint-Gabriel-de-Brandon.

Pendant une mêlée générale, Louis-Étienne Leblanc, du Big Foot de Saint-Léonard-d’Aston, avait été sauvagement attaqué. Kevin Talbot avait notamment quitté sa zone pour faire un double échec à Leblanc.

Puis, un autre joueur du Blizzard, Philipe Mailhot en avait profité pour lui asséner un coup de poing au visage. Louis-Étienne Leblanc s’était effondré sur la glace. Il avait ensuite été transporté à l’hôpital en ambulance.

Le hockeyeur avait subi une double fracture du visage, ce qui avait nécessité une délicate opération de cinq heures.

Quant à Kevin Talbot, il avait pour sa part plaidé coupable à l’accusation d’agression armée mais il avait bénéficié d’une absolution conditionnelle en plus de faire un don de 2000 $ au CAVAC et de se soumettre à une probation de deux ans.