Une seconde chance pour Lucien Normand

Lucien Normand, l'un des trois individus accusés dans une affaire de complot pour meurtre, aura finalement droit à une seconde chance.
La juge Guylaine Tremblay a en effet consenti, mardi, à le remettre en liberté mais il devra suivre une thérapie de six mois à la Maison Carignan en lien avec sa dépendance aux stupéfiants.
Il devra non seulement suivre les règles du centre mais y demeurer 24 heures sur 24. Il lui sera de nouveau interdit de consommer alcool et drogue, d'avoir des armes en sa possession et de communiquer avec les deux autres suspects, soit Roxanne Lafleur et Marie-Élaine Naud, de même qu'avec la présumée victime.
Le tribunal l'oblige également à prendre un rendez-vous avec son médecin traitant, de suivre ses recommandations et de prendre sa médication.
Au terme de l'enquête sur détention, la juge Tremblay est donc arrivée aux mêmes conclusions que le juge Serge Francoeur de la Cour supérieure qui avait accepté de le remettre en liberté une première fois en novembre dernier.
On sait que Lucien Normand avait ensuite brisé ses conditions de remise en liberté,ce qui avait valu plus tard une condamnation pour ce bris et la révocation de sa liberté dans le dossier initial.
Par contre, le tribunal a tenu compte du fait que les gestes qui lui sont reprochés ne comportaient aucune violence; le suspect avait plutôt consommé du haschich et de la marijuana lorsqu'il se trouvait à l'organisme Autonomie Jeunesse.
La juge a aussi pris en considération le fait que ce jeune homme de 21 ans avait davantage le profil d'un adolescent que d'un adulte. Selon elle, son manque de maturité et d'autonomie fait en sorte qu'il doit être encadré.
En ce sens, il a d'ailleurs démontré une certaine volonté, ce qui a été confirmé par unintervenant et agent de liaison de la Maison Carignan, Alain Poitras.
Certes, les possibilités de condamnation sont grandes. Selon le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté, qui s'est objecté avec véhémence à cette remise en liberté, la preuve est même accablante.
Toutefois, comme l'a souligné à quelques reprises l'avocate du prévenu, Me Jocelyne Duplessis à la juge Tremblay, le projet de complot pour meurtre a néanmoins avorté puisque Lucien Normand et Roxanne Lafleur ne sont jamais entrésdans la résidence de la présumée victime.
Rappelons que la police avait déjoué à la fin septembre un complot pour meurtre en arrêtant Lucien Normand, Roxanne Lafleur et Marie-Élaine Naud.
Sous l'influence de Marie-Élaine Naud, Roxanne Lafleur aurait décidé de tuer un homme de 48 ans, croyant avoir été agressée par lui.
Le 29 septembre, armés de deux couteaux de cuisine, Lafleur et Normand se seraient donc rendus à la résidence de cet homme. Ils auraient tout d'abord crevé les pneus de sa voiture avant d'être surpris par un cycliste. Ils auraient alors modifié leur plan et entrepris de luifaire porter le blâme pour des voies de fait que la jeune femme aurait demandé à son conjoint de lui infliger.
Ils ont plus tard été accusés de complot visant à commettre un meurtre. Les deux femmes doivent revenir en cour ce vendredi alors que Lucien Normand sera ramené devant le tribunal le 10 avril.