Les flammes ont lourdement endommagé la structure de cette maison ancestrale, vendredi soir, le feu reprenant de plus belle samedi à 11 h.

Une résidence détruite par les flammes en quelques minutes à Trois-Rivières

Les flammes ont complètement ravagé, vendredi, une petite résidence unifamiliale située au 9985 boulevard Saint-Jean, jetant du même souffle le couple propriétaire entre les mains de la Croix-Rouge dépêchée sur place.
L'appel a été logé à la Sécurité publique de Trois-Rivières vers 19 h. Le couple s'affairait à cuisiner lorsqu'une odeur persistante de fumée s'est répandue dans la maisonnée. Ne faisant ni une ni deux, les occupants ont aussitôt téléphoné aux pompiers et n'ont eu que le temps nécessaire pour se vêtir de leur manteau, prendre leur chien avec eux, et quitter les lieux illico presto. Quelques minutes plus tard, les flammes léchaient le toit.
« Tout s'est fait en cinq minutes. Nous étions en train de préparer à souper lorsque nous avons senti une odeur de brûlé. Nous avons tout juste eu le temps d'appeler les pompiers et d'évacuer », relate le propriétaire Jean-Sébastien Langis.
« Par chance, c'est juste du matériel, du matériel et... des souvenirs.
Au moins il ne fait pas -30 degrés Celsius », ajoute-t-il, philosophe, en regardant ses biens partir en fumée.
Pour l'heure, la cause exacte du brasier demeure inconnu. M. Langis pense que le feu aurait pu prendre naissance dans la cheminée, qui traverse la maison du sous-sol jusqu'au deuxième étage.
« Nous avions fait un petit feu dans le poêle, pas grand-chose, juste une bûche pour chauffer le sous-sol », indique-t-il.
Une vingtaine de pompiers ont participé à l'extinction, principalement en mode défensif. Un périmètre de sécurité d'une centaine de mètres a été érigé sur le boulevard Saint-Jean le temps de compléter les opérations.
En soirée, les pompiers de TroisRivières n'étaient pas au bout de leur peine. En effet, un incendie de cheminée s'est déclaré vers 21 h sur la rue Pilon, non loin du boulevard Mauricien, dans le secteur Trois-Rivières-Ouest. Au moment de mettre sous presse, le service d'incendie ne disposait pas de détails quant à la nature de l'incendie, ni même des dégâts qu'il a causés.