Une quinzaine de policiers ont encore participé aux recherches jeudi.

Une quatrième journée de recherches

Trois-Rivières — La motoneigiste disparue dans les eaux de la rivière du Loup avec son fils de 11 ans, dimanche, dans la réserve Mastigouche, demeure introuvable. Malgré une quatrième journée de recherches, jeudi, il n’y a toujours aucune trace de la touriste française de 55 ans.

Comme les trois jours précédents, une quinzaine de policiers ont participé à cette opération. Des plongeurs et des sauveteurs ont poursuivi le travail déjà entrepris sur la rivière. Le véhicule amphibie a encore été mis à contribution tout comme des motoneigistes de la Sûreté du Québec. Un poste de commandement a aussi été établi.

Le secteur de recherches a encore une fois été étendu. «Les policiers ont revérifié des secteurs, mais ils s’attardaient aussi à l’ouest de la rivière», explique la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la Sûreté du Québec.

En parallèle à ses efforts pour retrouver la quinquagénaire, la Sûreté du Québec s’assure de tenir la famille informée de ses démarches tout en leur apportant tout le soutien possible. Rappelons que l’accident s’est produit sous les yeux du conjoint de la dame et de son autre fils, le frère jumeau de la victime de 11 ans. «L’enquêteur au dossier tient au courant la famille en début et en fin de journée de l’évolution du travail. Nous leur présentons nos cartes géographiques. Nous avons fait appel au module d’assistance aux victimes de la Sûreté du Québec qui compte parmi leurs rangs des chiens de soutien émotionnel afin qu’ils soient utilisés dans cette situation», précise Mme Cossette.

La motoneige conduite par la touriste française de 55 ans a plongé dans la rivière, dimanche, en fin d’après-midi, à l’approche du pont. Le corps de son fils de 11 ans a été trouvé lundi matin par les plongeurs.