Le service de police de Trois-Rivières rapporte avoir utilisé pour la première fois un défibrillateur externe automatisé dans le cadre d’une intervention.

Une première intervention à l’aide d’un défibrillateur

TROIS-RIVIÈRES — Les policiers de Trois-Rivières rapportent avoir utilisé pour la première fois un défibrillateur externe automatisé (DEA) dans le cadre d’une intervention, alors que ces appareils viennent tout juste d’être mis à la disposition des patrouilleurs, suite à une entente conclue lundi entre la Direction de la police de Trois-Rivières et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

C’est vers 12 h 15, vendredi, que les services d’urgence ont reçu un appel signalant qu’un homme de 75 ans était en arrêt cardiorespiratoire. Ce sont deux policières qui sont les premières à être arrivées sur les lieux. Elles ont eu le temps d’utiliser l’appareil et de pratiquer les premières manoeuvres de réanimation avant l’arrivée des ambulanciers. On n’était pas en mesure de rendre compte de l’état du patient, vendredi, mais il semblerait que son état ait été jugé stable à son arrivée à l’hôpital.

À ce jour, une vingtaine de policiers ont reçu la formation les habilitant à utiliser les appareils, indique-t-on.