Julie Bergeron a été réintégrée dans ses fonctions à la SQ.

Une policière de la SQ acquittée

Une policière de la Sûreté du Québec affectée au poste de La Tuque vient d'être acquittée des accusations de fraude qui pesaient contre elle.
Julie Bergeron, 35 ans, avait été amenée devant la justice à l'automne 2015 pour une histoire de fraude à l'égard de sa compagnie d'assurances. Elle était accusée d'avoir fait un faux document entre le 3 avril 2015 et le 3 juin 2015, soit un devis ou autres documents avec l'intention qu'ils soient employés ou qu'on y donne suite comme authentiques au préjudice d'une compagnie d'assurances. Elle était accusée d'avoir employé un document contrefait durant la même période et d'avoir, par la supercherie, le mensonge ou autre moyen frauduleux, frustré la compagnie d'assurances d'une valeur ne dépassant pas 5000 $.
Le dossier de Julie Bergeron est revenu devant la cour le 3 avril. Selon le procès-verbal de la cause qui s'est déroulée au palais de justice de Shawinigan, elle a été acquittée des trois accusations criminelles après avoir enregistré un plaidoyer de culpabilité au droit pénal.
«Mme Bergeron a enregistré un plaidoyer de culpabilité à l'article 638.1 du Code de la sécurité routière, soit une entrave, explique son avocat, Me Jean-François Boucher. En résumé, c'est le fait d'avoir tardé à rapporter à la police le délit de fuite dont elle avait été victime sur son véhicule personnel. Elle a fait une erreur, mais pas de nature criminelle. On est bien loin des accusations criminelles du départ et c'est tout ça que la Couronne a reconnu.»
Me Jean-François Bouvette, procureur de la Couronne, confirme l'acquittement de Mme Bergeron.
«Compte tenu du droit statutaire, on a déclaré ne pas avoir de preuve suffisante à offrir au niveau criminel.»
Il peut sembler étonnant qu'une policière ne soit pas au courant de l'existence de cet article du Code de la sécurité.
«Elle n'a pas respecté l'application du code, c'est vrai. Mais il y a près de 700 articles au Code de la sécurité routière», rappelle Me Boucher.
Sans antécédent judiciaire, Julie Bergeron avait été suspendue par son employeur. 
Maintenant qu'elle a été acquittée, la Sûreté du Québec déclare qu'elle a été réintégrée dans ses fonctions. Par contre, une analyse sera faite en regard de son dossier disciplinaire.