Sandra Martineau s'est fait arracher une partie d'une oreille lors d'une escarmouche qui s'est déroulée à la fin du rodéo de nuit, samedi dernier, au Festival western de Saint-Tite.

Une oreille arrachée à Saint-Tite

Sandra Martineau se souviendra longtemps du 50e Festival western de Saint-Tite. La dame vivant à Princeville au Centre-du-Québec s'est fait arracher une partie de l'oreille lors d'une escarmouche dans laquelle elle a été impliquée alors qu'elle assistait au rodéo de nuit samedi dernier.
C'est une dame visiblement encore sous le choc qui s'est confiée au Nouvelliste en fin d'après-midi lundi. Elle s'expliquait encore mal en quoi ses agissements et sa façon d'être lors de ce grand rassemblement festif ont poussé une personne - une autre femme selon ses souvenirs - à l'agripper par la tête et à tirer jusqu'à arracher une partie de son oreille.
«J'assistais au rodéo avec mon frère, ma belle-soeur, son père et un ami. Nous criions lorsqu'il faut crier dans un rodéo. À un moment donné vers la fin, des sièges situés deux rangées en bas de nous se sont libérés. Les gens qui étaient assis directement en bas de nous ont pris les places libres et j'ai décidé de m'asseoir à une des leurs. C'est à ce moment qu'une dame s'est tournée et m'a demandé de retourner à ma place. Elle disait que j'avais crié tout le long et que je leur avais manqué de respect», raconte Mme Martineau, qui tient à préciser qu'elle n'avait pas consommé d'alcool lors de cette soirée.
Après avoir écouté les reproches que la dame avait à lui faire, Mme Martineau lui a dit sa façon de penser. Sentant que son interlocutrice était agressive, elle reconnaît lui avoir parlé sur un ton afin de se faire comprendre. Après quelques minutes de discussions animées, le frère de Mme Martineau est venu s'asseoir à côté d'elle et est intervenu dans la discussion. C'est à ce moment qu'un homme s'est brusquement levé, l'a agrippé et l'a violemment poussé selon Mme Martineau. Par la suite, toujours selon les dires de Mme Martineau, une femme s'est ruée sur elle et l'a saisie par la tête.
«Elle tirait très fort pour une femme. Je sentais mes cheveux être arrachés!», poursuit-elle.
C'est à ce moment qu'une partie de son oreille a été arrachée. Des gardiens de sécurité sont par la suite intervenus et elle a été prise en charge par les paramédics qui étaient déjà sur place. Ces derniers l'ont conduite à l'hôpital où son oreille a été recousue.
Après avoir obtenu son congé de l'hôpital dimanche matin, Mme Martineau est retournée à Saint-Tite afin d'aller chercher sa roulotte - elle y avait passé les dix jours du festival - et s'est rendue au poste de Saint-Tite de la Sûreté du Québec (SQ) afin de déposer une plainte. Après y avoir été accueillie de manière très cavalière selon ses dires, elle a décidé de rebrousser chemin sans avoir fait de déposition. Elle envisageait cependant de le faire en fin de journée lundi au poste de la SQ le plus près de chez elle, soit celui de Plessisville.
La Sûreté du Québec et la direction du Festival ne possédaient pas d'informations sur cet événement lorsque Le Nouvelliste les a contactées en fin de journée lundi.