Les policiers de la Sécurité publique de Trois-Rivières essayaient de faire la lumière sur le drame qui s'est déroulé vendredi après-midi sur la rue d'Orléans.

Une dame happée mortellement par son conjoint

Lucie Baribeau, une dame de 73 ans, a été accidentellement happée par son conjoint vendredi après-midi. L'accident est survenu alors que le couple travaillait dans la cour arrière de son domicile. Mme Baribeau a dû être transportée d'urgence à l'hôpital, où son décès a été constaté.
Le drame s'est déroulé à l'intersection des rues d'Orléans et Dumouchel, dans le secteur Trois-Rivières-Ouest. Vers 16 h 45, le conjoint de Mme Baribeau est monté dans sa voiture, et a enclenché la marche arrière de la berline. Il voulait déplacer le véhicule dans la cour arrière, afin de pouvoir y arrimer une remorque. Afin d'aider son conjoint, Mme Baribeau s'était placée derrière la voiture, d'où elle pouvait lui donner des indications sur la marche à suivre. Le conjoint aurait cependant effectué une fausse manoeuvre, et aurait accidentellement happé sa conjointe. 
À la suite de l'accident, la Direction de la police de Trois-Rivières a reçu un appel à l'aide pour une victime coincée sous un véhicule. À l'arrivée des services d'urgence, Mme Baribeau n'avait pas bougé du lieu de l'accident. Avec l'aide des pompiers, les policiers ont réussi à la dégager de sous le véhicule. Elle présentait cependant des blessures qui laissaient craindre pour sa vie. Mme Baribeau a immédiatement été transportée en ambulance au Centre hospitalier affilié universitaire régional de Trois-Rivières. Son décès a finalement été annoncé en milieu de soirée par le coroner Yvon Garneau. Son conjoint a par ailleurs été pris en charge par l'équipe médicale, car il était victime d'un choc nerveux.
À la suite de l'accident, les policiers de la Sécurité publique de Trois-Rivières ont érigé un périmètre de sécurité autour de la propriété où s'était déroulé le drame. Dans les heures qui ont suivi, les enquêteurs se sont affairés à reconstituer le fil des événements, ce qui impliquait de replacer la scène dans son état original. Plusieurs éléments avaient en effet été déplacés pour secourir Mme Baribeau. En outre, les policiers ont fait du porte-à-porte pour interroger les voisins qui auraient pu être témoins de la scène. Ils espéraient ainsi en apprendre davantage sur les circonstances qui avaient mené à ce triste événement.