Nicolas Gauthier a été blessé sérieusement lors de l'accident dans la côte à Ti-bert à La Tuque. Il est ici en compagnie de son père Richard.

Une côte dangereuse sur la piste cyclable à La Tuque

Une banale randonnée à vélo entre père et fils aurait bien pu mal finir, dimanche, sur la piste cyclable à La Tuque. Nicolas Gauthier et son père Richard se sont retrouvés à l'urgence pour de graves blessures après un accident survenu dans la côte à Ti-bert, une pente très abrupte du circuit. Les deux hommes exigent que des correctifs soient apportés à ce tronçon de la piste cyclable avant que le pire ne survienne.
On voit les panneaux à droite qui indiquent une pente raide et une obligation de descendre de son vélo pour des raisons de sécurité.
«En me laissant aller dans la côte, j'ai atteint 60 km/h pour vous donner une idée. Mon gars était devant, il a fait une fausse manoeuvre. Le vélo est parti de gauche à droite, il est passé par-dessus son vélo. Il a atterri sur la joue et sur l'épaule. Le vélo lui est tombé dessus et comme si ce n'était pas assez, en freinant mon vélo à glisser et je lui ai foncé dedans», a raconté Richard Gauthier.
Ce dernier s'en est sorti avec un bras brûlé au deuxième degré par endroits et quelques ecchymoses. C'est son fils qui a été le plus gravement blessé. L'impact a été violent. L'état du vélo du jeune homme de 19 ans en témoigne bien. Le banc est arraché, les poignées sont croches, la roue d'en arrière est détruite...
«Nico a l'os de la joue droite renfoncé et égrainé. Il a eu une chirurgie. Il est brûlé sur une jambe du mollet jusqu'au milieu du dos et sur le bras. Sa clavicule droite est cassée aussi. Il est mal en point. Il est chanceux de ne pas être tombé sur la tête. C'est dur pour un coeur de père», souligne Richard Gauthier.
Ce dernier est un fervent amateur de vélo. Il roule plus de 3000 kilomètres par année. S'il a décidé de raconter cette récente mésaventure, c'est qu'il souhaite que des modifications soient apportées à ce tronçon de la piste cyclable. 
«Je vais leur proposer des idées pour qu'elle soit plus sécuritaire et qu'elle soit moins abrupte. Il y a des gens qui ont de la misère à la monter à pied! Le panneau de 16 pouces par 12 pouces en haut de la côte, il n'y a personne qui le voit. Je n'ai jamais vu personne descendre la pente à côté de son vélo. Quand on arrive en haut de la côte, on ne regarde pas les affiches, on doit se concentrer sur ce qu'il y a devant. Je la fais une fois par deux jours. On ne s'attend jamais à ce que ça arrive ces affaires-là», souligne Richard Gauthier.
«Je n'ai jamais vu ça une pente comme ça et j'en fais du vélo», fait-il remarquer.
À la Ville de La Tuque, on est bien au fait de la dangerosité de cette pente. La signalisation a été indiquée en conséquence au sommet de la côte. On indique avec des panneaux, entre autres, une pente raide, une obligation de descendre de son vélo pour des raisons de sécurité, et une obligation pour un enfant de moins de 12 ans d'être accompagné par un adulte. Par ailleurs, le conseiller municipal qui a piloté le dossier de la piste cyclable, Luc Martel, s'est dit ouvert aux propositions. 
«C'est vrai que ce tronçon-là peut être dangereux, mais on n'est pas les seuls au Québec à avoir un bout dangereux. Sur les cartes, le tronçon est identifié comme dangereux et il y a des indications en haut de la côte qui demandent de descendre à pied à côté du vélo. [...] Peut-être qu'il faut faire plus de sensibilisation? À la Ville, on est ouvert à le rencontrer et à aller voir sur le site pour voir si on peut apporter des correctifs. Si on a des idées, on est ouvert à tout», a commenté M. Martel.