Une Bécancouroise perd la vie sur l'autoroute 15

Une résidente de Bécancour, Johanne Martineau, a perdu la vie tragiquement, dimanche matin, lors d'une violente collision survenue sur l'autoroute 15, en Montérégie. La dame de 58 ans était enseignante à l'école secondaire des Pionniers, à Trois-Rivières. Son conjoint ainsi que deux résidents de Champlain, qui prenaient tous place à bord du même véhicule, ont subi des blessures importantes.
Leur véhicule utilitaire sport (VUS) a été percuté, vers 6 h 15, près de la sortie Saint-Jacques-le-Mineur, par un véhicule qui roulait à sens inverse sur l'autoroute. Sous la force de l'impact, ce dernier a pris feu. Le conducteur a perdu la vie.
Le VUS, dans lequel Mme Martineau était passagère, a été projeté sur le terre-plein central. Il a atterri sur le toit. Les quatre occupants, deux hommes et deux femmes âgés entre 51 et 60 ans, ont été grièvement blessés. Mme Martineau a succombé à ses blessures au centre hospitalier alors qu'on ne craindrait pas pour la vie des trois autres personnes.
Un camionneur a réussi à éviter la collision de peu, mais il a perdu le contrôle de son semi-remorque. Le poids lourd a traversé le terre-plein central et a terminé sa course sur le côté obstruant une bonne partie de l'autoroute. Malgré un choc nerveux, le camionneur a tenté de sortir l'homme coincé dans le véhicule en flamme, mais sans succès. Ce dernier est décédé sur la scène de l'accident.
La Sûreté du Québec ignore pourquoi le véhicule roulait en sens inverse. L'identité du conducteur n'a pas encore été dévoilée.
Le décès de l'enseignante de mathématiques en quatrième et cinquième secondaire a évidemment causé une onde de choc à l'école des Pionniers. Des mesures ont d'ailleurs été mises en place pour aider les élèves et le personnel affectés. L'équipe post-vention de l'école, qui est composée de psychologues et de psychoéducateurs, est intervenue. Elle a reçu l'assistance de l'équipe d'intervention de la Commission scolaire.
«Quand il se produit des événements tragiques, il y a tout un protocole qui est mis en place pour soutenir le personnel, l'annoncer aux élèves et prendre un peu en main le déroulement de la journée», explique Danielle Lemieux, directrice générale adjointe de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.
Mme Martineau était une enseignante très appréciée. «C'est certain que les collègues de travail sont sous le choc. Ils ont été contactés la veille pour leur annoncer la nouvelle et ils ont été rencontrés en début de journée avant l'arrivée des élèves. Il y a aussi une lettre qui a été envoyée aux parents», souligne Mme Lemieux.