Une amende de 3325 $ pour Collin Dumais

La Tuque — Un individu de La Tuque a été condamné à payer 3325 $ d’amende, en plus des frais, pour avoir acheté du doré et en avoir eu au-delà de la limite permise par la loi à son domicile. Collin Dumais avait 62 dorés en trop dans son congélateur. La juge Guylaine Tremblay a rendu sa décision, mardi, au palais de justice de La Tuque.

Collin Dumais s’est fait prendre dans le cadre de la vaste opération Crépuscule. Lors de la perquisition à son domicile, les agents ont saisi 14 paquets emballés sous vide avec des inscriptions au marqueur noir qui contenaient 152 filets de poisson.

La quantité correspond à environ 78 poissons alors que le contingent maximal par personne est de 8. Dans le cas de l’accusé, comme il demeure avec sa conjointe, la juge a considéré qu’il était en droit d’en avoir 16 en sa possession.

Il a fallu l’intervention d’un biologiste pour déterminer qu’il s’agissait de doré puisque les filets n’avaient pas de peau. Les paquets pesaient entre 695 et 1080 grammes.

Dans son jugement, la juge a expliqué qu’elle n’avait pas cru la version de l’accusé qui s’est défendu seul dans le cadre du procès. Il a nié avoir acheté du doré alléguant plutôt un don.

«Je n’ai pas cru l’accusé et j’estime qu’à plusieurs égards, il n’a pas dit la vérité […] Je ne peux pas dire qu’il ment de A jusqu’à Z, mais en ce qui concerne la livraison de doré du 28 octobre, je ne le crois pas», a indiqué la juge Tremblay.

Elle l’a déclaré coupable de deux chefs d’accusation soit d’avoir acheté du doré entre le 10 et le 28 octobre 2016 et d’avoir eu en sa possession du doré en quantité supérieure à la limite permise.

«Il y a une preuve claire de livraison», a noté la juge.

La procureure de la Couronne demandait 1825 $ d’amende pour le premier chef et 3150$ pour les poissons en trop, soit 100 $ pour le premier poisson et 50 $ pour les suivants.

La juge a plutôt imposé 1825 $ et 1500 $ pour les poissons en trop. Elle a, entre autres, tenu compte de la situation particulière de l’accusé.

Quant aux trois autres chefs, elle a acquitté Collin Dumas en raison du doute raisonnable qui persistait. La juge a en effet souligné que la preuve de ces infractions était en majorité constituée de ouï-dire et que de ce fait, la poursuite ne s’était pas déchargée de son obligation de prouver les infractions hors de tout doute raisonnable.

«Il y a des motifs de croire et vraisemblablement il y a eu une livraison de dorés à M. Dumais, mais je ne peux m’en convaincre hors de tout doute raisonnable», a-t-elle noté pour un des chefs.

Rappelons que l’opération crépuscule a permis de démanteler deux réseaux de braconnage. Au total, 59 personnes avaient été visées et plus de 300 chefs d’accusation avaient été portés.