Une amende de 2000 $ pour avoir payé pour des services sexuels

TROIS-RIVIÈRES — Luc Fournier de Saint-Stanislas a été condamné à payer une amende de 2000 $ pour avoir obtenu les services sexuels d’une femme moyennant rétribution.

Lors de son retour devant le tribunal mercredi, il a en effet plaidé coupable à une accusation amendée au terme des discussions entre son avocat, Me Louis R. Lupien, et le procureur de la Couronne Me Jean-Marc Poirier. Il a en effet été convenu que l’accusation portée au départ allait être modifiée compte tenu de la preuve au dossier, de sorte que ce n’est pas une personne de moins de 18 ans dont il a obtenu les services sexuels mais plutôt d’une personne de plus de 18 ans. Quant au chef d’agression sexuelle, Luc Fournier a bénéficié d’un acquittement.

Selon ce qui a été révélé en cour, le suspect avait été arrêté par le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec dans le cadre d’une enquête sur la marchandisation des activités sexuelles. Il a admis avoir payé en 2018 pour obtenir les services sexuels d’une jeune femme à quatre ou cinq reprises.

L’amende de 2000 $ qui lui a été imposée par la juge Guylaine Tremblay fait suite à une suggestion commune des avocats. Son absence d’antécédents judiciaires et l’effet dissuasif causé par l’opprobre social dans son patelin ont été pris en considération. Luc Fournier devra aussi se soumettre à une probation pendant six mois avec pour principale condition de ne pas approcher et communiquer avec la jeune femme.