Les policiers de Trois-Rivières ont érigé jeudi matin un périmètre de sécurité dans le secteur de la rue de Ramezay à Trois-Rivières après qu’un individu, dont l’état mental est perturbé, se soit barricadé. Ce dernier s’est livré aux policiers de façon pacifique vers 9 h 45.
Les policiers de Trois-Rivières ont érigé jeudi matin un périmètre de sécurité dans le secteur de la rue de Ramezay à Trois-Rivières après qu’un individu, dont l’état mental est perturbé, se soit barricadé. Ce dernier s’est livré aux policiers de façon pacifique vers 9 h 45.

Un troisième homme barricadé à Trois-Rivières en un peu plus d'une semaine

Trois-Rivières — Pour la troisième fois en un peu plus d'une semaine, un individu souffrant de problématiques de santé mentale s’est barricadé dans son domicile à Trois-Rivières. 

À 7 h 15 jeudi matin, une opération policière a en effet été déclenchée sur la rue de Ramezay. Un homme dont l’état mental est perturbé aurait tenu des propos menaçants envers lui-même et affirmé avoir une arme à feu en sa possession.  

Heureusement, il s’est rendu de façon très pacifique. Vers 9 h 35, après quelques minutes de dialogue et de négociation, l’individu, un homme de 66 ans, a collaboré à la demande des policiers et s’est livré à ceux-ci sans offrir de résistance. Il fut pris en charge par les ambulanciers avant d’être conduit au centre hospitalier pour recevoir les soins requis par son état psychologique.  

Encore une fois, la Direction de la police de Trois-Rivières n’avait pris aucune chance: un périmètre de sécurité avait été établi. Les occupants des immeubles situés à proximité avaient été évacués par mesure préventive et un autobus de la STTR a été mis à leur disposition. L’opération policière a nécessité le déploiement de cinq policiers ainsi que la présence du poste de commandement mobile pour la coordination de l’événement. 

Le 5 mai dernier, deux individus en état de crise et dont la santé mentale était également perturbée avaient nécessité des déploiements policiers importants. La première intervention était survenue sur la rue Père-Frédéric. La police avait dû faire appel au Groupe tactique d’intervention.