Yanick Loyer a été retrouvé mort en Équateur alors qu'il était recherché par la Sûreté du Québec pour son présumé rôle dans un réseau de trafic de marijuana.

Un présumé trafiquant de drogue québécois assassiné en Équateur

Recherché par la Sûreté du Québec depuis l'opération Liasse, qui avait permis de démanteler en juin 2012 un important réseau de trafic de cannabis qui opérait en Montérégie et au Centre-du-Québec, la tête dirigeante Yanick Loyer a finalement été retrouvé mort en Équateur dans une histoire qui demeure toujours nébuleuse à ce jour.
<p>La résidence de Yanick Loyer avait fait l'objet d'une perquisition lors de l'opération Liasse, en juin 2012.</p>
Bien que le décès de l'homme de 43 ans remonte jusqu'à aussi loin qu'au 4 août 2012, son corps a seulement été identifié en juin 2013 par les autorités canadiennes avant d'être finalement rapatrié au Québec et pris en charge par le Bureau du coroner le 19 décembre. Une investigation du coroner est d'ailleurs en cours pour déterminer les circonstances exactes de la mort de Loyer, dont les funérailles ont été célébrées le 1er février dernier, à Pierreville.
Au moment de la rafle policière, le 13 juin 2012, Loyer se trouvait en Équateur. La mère de sa fille devait d'ailleurs s'y rendre pour le rejoindre, accompagnée de leur enfant. Or, avant le départ vers l'Amérique centrale, le suspect aurait été kidnappé et la famille aurait ensuite reçu une demande de rançon en échange du Québécois, ce qui a complètement chamboulé les plans.
Puis, c'est le 4 août que son corps aurait été découvert, brûlé, avant d'être transporté à la morgue de Quito, la capitale du pays. Cependant, la famille n'était pas au courant de ce nouveau dénouement. Ensuite, un long silence radio a suivi avant que le dossier ne progresse.
Selon la famille, il a fallu attendre en septembre 2013, soit plus d'un an après que les policiers se soient mis à la poursuite de Loyer au Québec, pour que ses proches apprennent son décès par l'entremise du ministère des Affaires étrangères qui a tenu à offrir ses sympathies. La famille se demande d'ailleurs pourquoi personne ne l'a avisée du décès de Yanick Loyer avant.
Au ministère des Affaires étrangères, Le Nouvelliste a été incapable d'en apprendre davantage. Dans un laconique échange de courriels, un porte-parole a simplement fait savoir que «nos pensées se tournent vers la famille et les amis du citoyen canadien qui a perdu la vie en Équateur». Impossible de connaître les circonstances dans lesquelles le corps du défunt a été découvert ou encore de quelle façon le ministère est intervenu dans cette histoire.
Le Nouvelliste a ensuite tenté d'obtenir des explications auprès de l'Ambassade du Canada en Équateur, mais en vain. Le consulat a simplement répliqué de communiquer avec... le ministère des Affaires étrangères.
De son côté, la Sûreté du Québec souligne que le dossier relié au trafic de stupéfiants est clos en raison du décès du suspect. Rappelons qu'en juin 2012, un avis de recherche avait été émis par la SQ à la suite de l'opération Liasse qui avait mené à 13 arrestations, la saisie de 9400 plants de cannabis, 30 000 $ en argent comptant, du tabac de contrebande et six véhicules. Loyer était d'ailleurs perçu comme la tête dirigeante de ce réseau et sa résidence avait notamment été perquisitionnée. Quelques mois plus tard, c'était au tour de Revenu Québec de lui réclamer 137 000 $ pour impôts impayés et taxes non retournées. Il n'a jamais été revu au Québec par la suite.
Selon des proches de la famille, une enquête est toujours en cours afin de faire la lumière sur cette mystérieuse mort. Certains d'entre eux affirment d'ailleurs avoir été interrogés récemment par des enquêteurs. Néanmoins, la famille de Loyer souhaite que la vérité éclate et que les responsables de sa mort répondent de leurs actes.