Un homme de 32 ans armé d'un couteau s'est présenté à cette pharmacie du secteur Grand-Mère, à Shawinigan, pour demander des narcotiques.

Un policier en congé arrête un voleur

Kevin Baril, 32 ans, croyait bien avoir réussi à obtenir les narcotiques qu'il venait de demander à la pointe d'un couteau lundi matin à une pharmacie du boulevard Grand-Mère, à Shawinigan. Un policier en civil alors en congé est toutefois intervenu pour arrêter cet individu qui venait de commettre un vol qualifié.
Le policier de la Sûreté du Québec, Alain Côté, était en congé lundi lorsqu'il a appréhendé l'homme qui venait de commettre un vol qualifié.
Baril s'est présenté vers 10 h 25, lundi, au comptoir des ordonnances de la pharmacie Jean Coutu pour demander des narcotiques. Les employés ont collaboré et lui ont donné ce qu'il demandait. Heureusement, personne n'a été blessé. 
Pendant ce temps, un policier de la Sûreté du Québec du poste de Shawinigan, Alain Côté, est entré dans le commerce avec sa conjointe pour faire des emplettes. Constatant qu'un vol venait de se produire, le policier est alors intervenu pour appréhender le suspect. Il l'a ensuite maîtrisé jusqu'à l'arrivée des patrouilleurs. 
«Les policiers en service sont arrivés et ont amené l'individu au poste pour son interrogatoire», explique la sergente Annie Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec. «Le policier en congé était à la bonne place au bon moment. Les employés de la pharmacie l'ont grandement remercié.»
En service ou en civil, un policier doit toujours réagir pour protéger la vie ou la sécurité des citoyens. «Nous sommes policiers en tout temps. Il a fait son devoir de policier et il est intervenu au bon moment», ajoute la sergente Annie Thibodeau. 
Kevin Baril a comparu lundi après-midi au palais de justice de Shawinigan. Il fait face à des accusations de vol qualifié. Il demeure détenu pour l'instant et doit revenir en cour mercredi. 
La pharmacienne propriétaire Marie Beaumier était soulagée qu'aucun employé n'ait été blessé. Elle soutient que le policier a bien pris les choses en mains pour régler la situation. 
Les vols de narcotiques ne sont pas fréquents, affirme la pharmacienne. «Ça fait 33 ans que je travaille comme pharmacienne et c'est la première fois qu'une chose comme ça arrive», précise Mme Beaumier. «Le gars était en manque. Ce n'était pas un client de notre pharmacie.»