Cet animal a été vu à plusieurs endroits du secteur Trois-Rivières-Ouest lundi. Les agents de protection de la faune ont dû l'abattre, les fléchettes anesthésiantes n'ayant pas eu l'effet escompté.

Un orignal en cavale à Trois-Rivières

Plusieurs résidents du secteur de la Terrasse-Duvernay de Trois-Rivières-Ouest ont eu toute une surprise lundi en fin d'avant-midi. Un orignal femelle explorait le secteur et a parcouru une grande distance avant d'être abattu par les agents de protection de la faune.
Celui-ci a été aperçu sur les terrains de plusieurs rues, dont Laflamme, De Tilly, Landerneau, Montpellier et Pontoise.
Voyant l'animal, de nombreux citoyens ont alors alerté les policiers de Trois-Rivières ainsi que les agents de protection de la faune de la présence de l'orignal.
Les agents du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du poste de Shawinigan ont tenté à quelques reprises d'anesthésier l'animal mais sans succès.
L'agent Vincent Leblanc a affirmé en entrevue que l'orignal était très nerveux lorsqu'il a reçu les fléchettes tranquillisantes. Devant cette situation, les agents n'ont eu d'autre choix que de l'abattre. «L'orignal réagissait très mal à l'anesthésie. Même si nous favorisons toujours cette méthode, elle n'a pas fonctionné», a-t-il noté.
Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs invite les personnes qui aperçoivent des gros gibiers - orignal, cerf ou ours - en milieu urbain à communiquer avec lui au S.O.S. Braconnage (1 800 463-2191) ou bien via les services locaux de police.
Afin de faciliter les interventions des agents de la faune, les personnes qui aperçoivent ces animaux en milieu urbain doivent rester à l'écart pour ne pas les affoler.