L'entrepôt de l'entreprise Palettes Laviolette s'est effondré sous le poids de la neige mardi.

Un entrepôt s'effondre

L'entrepôt de l'usine Palettes Laviolette à Saint-Maurice s'est effondré sous le poids de la neige mardi après-midi.
Des travailleurs s'affairaient à déneiger le toit de l'usine mardi en fin de journée, quelques heures après l'effondrement de l'entrepôt.
Heureusement, personne ne se trouvait à l'intérieur de ce bâtiment lorsque son toit s'est effondré vers 15 h, confirme la Sûreté du Québec. 
«Il s'agit d'un entrepôt utilisé régulièrement au cours de la journée par les travailleurs. Les employés ont été chanceux que personne ne se trouve à l'intérieur au moment de l'effondrement», a affirmé Patrick Bédard, le directeur du service de sécurité incendie de la municipalité de Saint-Maurice.
«Le propriétaire de l'entreprise voulait ironiquement faire déneiger le toit mercredi, mais il n'aura finalement pas eu le temps.»
Patrick Bédard ajoute que l'entrepôt effondré avait une largeur d'une trentaine de pieds et que rien ne supportait le centre du bâtiment.
À la suite de l'effondrement, les travailleurs ont dû évacuer l'usine par mesures préventives. Ne connaissant pas l'état de la structure, les pompiers ont préféré boucler l'endroit.
«Nous avons interdit l'accès au bâtiment tant et aussi longtemps que le toit n'était pas déneigé», a ajouté le directeur du service incendie de Saint-Maurice. «Nous ne voulons pas courir le risque.»
Plus tard dans la journée, des employés ont dû déneiger les toits des autres parties de bâtiment pour éviter un nouvel effondrement. Surtout qu'Environnement Canada prévoit une autre tempête de neige sur le sud du Québec ce mercredi. En tout, une vingtaine de centimètres sont attendus.
Le chef des pompiers de Saint-Maurice a également lancé un appel à la prévention. Il a invité les résidents et entreprises de son territoire à déneiger les toitures lorsque le couvert de neige est imposant.
«Il faut demeurer vigilant. Si on voit que des petites fissures se créent près des cadres de portes ou les fenêtres, il faut intervenir rapidement», a précisé Patrick Bédard.
Les risques d'effondrements sont bien sûr accrus à cette période de l'hiver où la neige s'accumule sur les toits. Rappelons que depuis le début de la saison froide, la région a reçu plus de 170 cm de neige, soit un peu moins que la moyenne annuelle. Et l'hiver n'est pas encore terminé.
Les résidents doivent toutefois prendre les mesures nécessaires pour déneiger les toits de façon sécuritaire. Dans plusieurs cas, l'embauche de professionnels peut s'imposer, particulièrement lorsque les personnes sont âgées et n'ont plus la capacité physique de le faire.