Un enfant happé par une voiture à Nicolet

Un garçon de sept ans a été happé par une voiture sous les yeux de sa mère alors qu'il rentrait chez lui à vélo, vendredi à Nicolet. L'enfant a malheureusement subi de graves blessures et au moment de mettre sous presse, on craignait pour sa vie.
L'accident est survenu sur l'heure du midi dans le rang Petit-Saint-Esprit (route 259), juste devant la maison de l'enfant. Le garçon revenait de chez un voisin où il avait joué avec des amis. 
«Le garçon circulait sur le côté droit de la route lorsqu'il a décidé de tourner vers sa maison. La conductrice s'est déplacée dans la voie de gauche pour l'éviter», explique la sergente Christine Coulombe, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ).
La collision n'a pu être évitée. La mère de l'enfant a été témoin impuissante de la scène. Selon des informations recueillies auprès de témoins, la mère aurait crié à son fils de faire attention, juste avant que la collision ne survienne. 
L'enfant, qui ne portait pas de casque au moment de l'accident, a été transporté au centre hospitalier régional de Trois-Rivières avant d'être transféré plus tard à l'hôpital Sainte-Justine de Montréal. Vendredi soir, il était toujours dans un état critique. 
Jean-Marie Leblanc est un parent de la famille touchée par ce terrible accident et il habite tout près. Il souligne que l'enfant était inconscient lorsqu'il a été pris en charge par les ambulanciers, mais qu'il avait toujours des signes vitaux. 
La conductrice impliquée dans cet accident n'a pas été blessée. Un enquêteur spécialisé en scène de collision de la SQ était sur les lieux afin de déterminer les causes de cet accident. L'enquête policière a entraîné la fermeture de la route pendant plusieurs heures. Les policiers affirment toutefois que l'alcool ou la vitesse ne seraient pas des facteurs dans cet accident. 
Un secteur avec beaucoup d'enfants
Patricia Dominique connaît bien le jeune garçon et sa famille. Ils sont voisins depuis plusieurs années. Les enfants des deux familles jouent souvent ensemble, comme vendredi avant l'accident. 
La jeune mère de trois enfants était visiblement secouée par l'accident de son jeune voisin. C'est d'ailleurs elle qui a appelé les secours, après que la mère lui ait crié de le faire. Mme Dominique avoue craindre désormais pour la sécurité des enfants de ce secteur rural de Nicolet, dont les siens. 
«Il y a des enfants partout dans le coin. Plusieurs familles ont de jeunes enfants et nous avons deux écoles pas très loin, une à Nicolet et l'autre à Sainte-Monique», affirme-t-elle. 
Des jouets, des vélos et des structures de jeux sont en effet visibles sur plusieurs terrains de résidents du rang Petit-Saint-Esprit. «Les enfants jouent bien sûr ensemble.»
Patricia Dominique ne croit pas que les parents de l'enfant ont été négligents. Il semble de plus que l'enfant était habitué de circuler à vélo sur cette route. «Ce sont de très bons parents et ils s'occupent très bien de leurs enfants. Et ils font beaucoup de vélo avec eux.»
Jean-Marie Leblanc a passé toute sa vie sur le rang Petit-Saint-Esprit, où il y a élevé ses trois enfants. Il ne se rappelle pas qu'un accident similaire soit survenu dans ce secteur de Nicolet.  
Cohabitation difficile sur la route 259
Bien que les problèmes de cohabitation ne soient pas à l'origine de l'accident de vendredi, Patricia Dominique estime que les automobilistes dépassent souvent la limite de vitesse de 90 km/h sur la route 259 et qu'ils n'ont généralement pas beaucoup d'égard pour les piétons et les cyclistes. 
«C'est très dangereux. Les voitures ne se tassent pas lorsqu'il y a des cyclistes ou des piétons. Je me suis même déjà fait klaxonner pour que je me tasse sur le bord», soutient-elle. 
Jean-Marie Leblanc ainsi que Patricia Dominique se demandent pourquoi l'accotement de la route 259 est étroite, alors que la chaussée a été entièrement refaite l'an passé. L'accotement a une largeur inférieure à un mètre, ce qui est en dessous des recommandations du ministère des Transports du Québec (MTQ) pour des accotements sécuritaires pour les cyclistes. Selon le MTQ, les accotements asphaltés sécuritaires pour les cyclistes ont une largeur de 1 à 1,5 m, ce qui n'est clairement pas le cas dans le secteur de l'accident. 
«On pensait vraiment qu'il [MTQ] allait élargir l'accotement lorsque les travaux ont été faits», précise Mme Dominique. Ces propos sont partagés par son voisin, Jean-Marie Leblanc.