La rue Montesson se retrouve souvent envahie par l'eau au printemps. C'est notamment arrivé en 2017 comme le démontre la scène ci-dessus.

Un embâcle cause une inondation à Bécancour

BÉCANCOUR — Un embâcle a causé une inondation sur les avenues de l’Anse et Montesson, à Bécancour, dimanche. La situation est toutefois revenue à la normale en fin de soirée. «On ne sait pas, cependant, si c’est parce que l’embâcle a cédé ou si c’est parce que l’eau a réussi a se frayer un chemin parmi les glaces», expliquait Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile. «Avec la noirceur, on ne peut voir ce qui s’est réellement passé. Reste que c’est quand même une bonne nouvelle.»

Plusieurs maisons ont été inondées, mais personne n’a été évacué. L’accumulation de glaces dans l’embouchure de la rivière Bécancour serait à l’origine de cette inondation. 

«Pour l’avenue de l’Anse, on parle d’environ un mètre d’eau et sur Montesson, un peu moins. Il y a de l’eau sur les rues et il y a des gens qui ont de l’eau dans leur sous-sol», expliquait Monsieur Doire en début de soirée, avant que l’eau se retire.

En fin de soirée, la circulation a été rétablie, comme l’indiquait la municipalité sur son site web, mais la situation devait être évaluée régulièrement durant la nuit.

L’aéroglisseur de la garde côtière était passé, dimanche, pour briser les glaces, ce qui n’a malheureusement pas empêché la formation de cet embâcle. M. Doire soupçonne que les glaces se sont accumulées dans les hauts-fonds de l’embouchure de la rivière avec le fleuve Saint-Laurent. «C’était bien parti ce matin avec le travail de l’aéroglisseur, mais ça arrive, des fois plus vite qu’on pense», ajoute-t-il. 

La garde côtière devrait se rendre sur place lundi pour constater l’état de la situation. «Si les glaces sont parties, c’est tant mieux. Sinon, il faudra faire des manœuvres qui peuvent aider à défaire l’embâcle.»

M. Doire indique que la situation des autres cours d’eau au Centre-du-Québec n’est pas alarmante pour le moment. La situation en Mauricie est toutefois plus incertaine, puisqu’il reste encore une bonne épaisseur de glace et de neige. 

Rivières sous surveillance

Plusieurs autres cours d’eau sont sous surveillance au Québec en raison des risques d’inondation. La Sécurité civile demeure aux aguets à l’approche d’un important système dépressionnaire qui pourrait laisser de grandes quantités d’eau sur son passage dans la province d’ici à mardi.

En Beauce, un embâcle sur la rivière Chaudière près d’un pont à Saint-Georges et l’augmentation du niveau de la nappe phréatique ont provoqué des inondations de sous-sols dans la nuit de samedi à dimanche. Des équipes de la Sécurité civile ont été déployées sur le terrain dimanche afin d’évaluer la situation. Les résidences dont les sous-sols ont été inondés sont situées sur le bord de l’eau, dans les zones inondables 0-20 ans, a indiqué Jean Savard, directeur du Centre des opérations gouvernementales au ministère de la Sécurité publique.

La situation pourrait se détériorer en Beauce puisque Environnement et Changement climatique Canada a lancé un avertissement de pluie intense pour les secteurs de Saint-Georges, Sainte-Marie et Lac-Etchemin à compter de dimanche soir. De 25 à 40 millimètres de pluie sont attendus, selon les prévisions météo, alors que le sol est encore gelé et a une capacité réduite pour absorber cette quantité d’eau.

Cet avertissement de fortes quantités de pluie touche aussi toutes les villes le long du fleuve Saint-Laurent, notamment entre Montréal et Québec, alors que plus au nord et à l’est, c’est de la neige qui est attendue, dont 15 centimètres à Baie-Comeau sur la Côte-Nord.

Le météorologue Antoine Petit d’Environnement et Changement climatique Canada a expliqué qu’un très vaste système dépressionnaire qui provient du sud de l’Ontario a fait son entrée au Québec par l’Outaouais et devait atteindre la région de Montréal en fin de journée, puis se diriger vers Québec en soirée et poursuivre sa trajectoire vers la Beauce au cours de la nuit de dimanche.

Avant même l’arrivée de cette pluie quelques inondations mineures avaient été observées.

Monsieur Savard note que sur la rive nord du Saint-Laurent, dans les régions des Laurentides, de Lanaudière, en Mauricie et même plus au nord de Québec, il y a encore des rivières avec des couverts de glace, mais que la belle journée de samedi et les températures des derniers jours ont fait en sorte que la glace s’effrite plus facilement.

Avec La Presse canadienne