La victime effectuait une plongée au lac Sacacomie lorsque l’incident est survenu.

Un décès accidentel, conclut le coroner

Trois-Rivières — Le décès de Tasha Anne Johnson-Wallace, une dame de 67 ans qui effectuait des cours de plongée au lac Sacacomie en septembre 2017, est finalement de nature accidentelle. C’est la conclusion à laquelle en est arrivé le coroner Yvon Garneau, qui avait été appelé à enquêter sur la mort de la dame.

L’incident est survenu le 10 septembre 2017, alors que la dame participait à une formation avancée de plongée sous-marine pour obtenir sa carte de plongeuse avancée. La victime a effectué une descente d’environ 60 pieds sans problème. Lors de la remontée, à environ 15 pieds de la surface, l’instructeur a demandé à la dame d’effectuer une vidange de masque, mais elle fait signe de son incapacité à procéder. Il l’aide alors à procéder, et se rend compte quelques secondes plus tard qu’elle respire rapidement.

L’instructeur a alors empoigné la dame par une sangle et a tenté de la rassurer. Il a ensuite regardé le reste du groupe pendant cinq secondes pour s’assurer que tout le monde allait bien, mais sans lâcher le contact physique avec la dame. Lorsqu’il s’est retourné pour la regarder de nouveau, la dame n’avait pas son détenteur en bouche.

L’instructeur a alors effectué une remontée d’urgence durant laquelle la victime ne s’est agitée d’aucune façon et ne semblait pas avoir de respiration.

Une fois à la surface, des manœuvres de réanimation ont été tentées par l’instructeur, en plus de lui avoir administré de l’oxygène et d’avoir eu recours à un défibrillateur DEA.

La dame a ensuite été transportée à l’hôpital par des paramédics qui ont également tenté des manœuvres. Son décès a finalement été constaté à l’hôpital.

Le coroner conclut à une mort accidentelle, et n’a émis aucune recommandation ou critique à l’endroit de l’instructeur de plongée ou de la compagnie qui l’employait.

Le coroner indique plutôt que les circonstances tendent à penser qu’elle aurait été victime d’un malaise relativement subit, dans le contexte d’un bref épisode de respiration plus rapide.

La dame aurait donc subi un barotraumatisme pulmonaire, avec une possible résultante de noyade.