Coryne Gauvin Landry a reconnu sa culpabilité, vendredi, d'avoir subtilisé de l'argent et des cartes d'institutions financières dans des résidences pour personnes âgées de Trois-Rivières.

Un ancien portier de bar dans l'eau chaude

Lahbib Reddani, un ancien portier d'un bar de Trois-Rivières, a été cité à subir son procès sur un chef d'agression sexuelle en lien avec un événement survenu en février 2016 dans le cadre de ses fonctions.
Selon la preuve soumise par la procureure de la Couronne Me Marie-Ève Paquet, l'individu, alors âgé de 30 ans, aurait en effet profité de l'état d'ivresse d'une cliente pour l'agresser sexuellement. Le délit qui lui est reproché serait survenu le 20 février 2016 au Bar Le Temple. Reddani y était alors portier. Un groupe de jeunes filles y faisaient la fête mais d'une façon peut-être trop intense pour deux d'entre elles qui se seraient retrouvées dans un état pitoyable. Une jeune femme qui les accompagnait aurait donc demandé au portier de s'occuper de son amie qui avait peine à se tenir debout pendant qu'elle veillait sur son autre copine, encore plus mal en point. 
Or, lorsqu'elle est revenue quelques minutes plus tard, elle aurait surpris le portier en flagrant délit derrière un rideau. Selon ce qu'elle a raconté lors de l'enquête préliminaire, elle aurait en effet vu sa copine à quatre pattes, les culottes baissées et le portier derrière elle en train de se livrer à une agression sexuelle. Lorsqu'elle a été contre-interrogée par l'avocat de Reddani, Me Eddy Ménard, elle n'a cependant pas été en mesure de confirmer s'il avait bel et bien sorti son organe sexuel ou s'il y avait eu pénétration. Elle a admis ne pas avoir été témoin d'un contact physique direct.
Quant à la présumée victime, elle n'a pas témoigné au stade de l'enquête préliminaire d'autant plus qu'elle ne se rappellerait pas des événements.
Lahbib Reddani nie pour sa part ces allégations avec véhémence. Son avocat a d'ailleurs tenu à rappeler que son client bénéficie toujours de la présomption d'innocence. «C'est pourquoi il y aura un procès pour faire toute la lumière sur cette affaire», a indiqué Me Ménard.
À ce stade des procédures, le tribunal a cependant conclu que la preuve était suffisante pour citer Reddani à subir un procès sur le chef d'agression sexuelle tel que porté. Son dossier a été reporté au 12 octobre.
Reddani, un homme sans antécédent judiciaire, a été arrêté le 31 janvier 2017. Lors de sa comparution, il avait pu reprendre sa liberté sous conditions pour la durée des procédures judiciaires. Parmi les conditions, il ne doit pas communiquer avec la présumée victime et les personnes qui l'accompagnaient et  ne pas retourner au bar le Temple.
Du côté de la direction du Temple, on a confirmé que Reddani avait été congédié en août 2016, non pas à cause de cette histoire mais plutôt en lien avec un manque d'assiduité au travail. En fait, personne n'était au courant des allégations d'agression sexuelle contre l'ancien portier. La direction a cependant promis de resserrer les mesures d'encadrement visant les portiers en pareilles situations pour éviter toute ambiguïté.