Réjean Lefebvre

Un ancien député accusé de crimes sexuels

L'ancien député du Bloc québécois dans la circonscription de Champlain, Réjean Lefebvre, se retrouve encore une fois dans l'eau chaude mais cette fois-ci pour des crimes sexuels.
L'homme de 74 ans, qui demeure toujours à Saint-Adelphe, a formellement été accusé, lundi, d'attouchements sexuels, d'incitation à des contacts sexuels et d'agression sexuelle sur une fillette de neuf ans. Les faits qui lui sont reprochés auraient été commis le 10 juin 2017 à Saint-Adelphe. Le prévenu n'était pas présent au palais de justice de Shawinigan pour sa comparution. Son avocat, Me Bertrand Jacob, était également absent mais il avait mandaté Me Serge Milette pour le représenter. Aucun choix n'a encore été fait sur le plaidoyer que le prévenu entend enregistrer. Il a été décidé de reporter la cause au 16 octobre. 
Réjean Lefebvre a tout d'abord été maire de la municipalité de Saint-Adelphe avant de se lancer en politique fédérale. Il avait été élu député du Bloc québécois en 1993 dans la circonscription de Champlain, puis réélu en 1997. 
En 1999, il avait quitté le caucus du Bloc québécois pour siéger comme indépendant en raison de ses problèmes d'alcool et tout particulièrement d'une troisième récidive. 
Rappelons qu'il s'était fait pincer à deux reprises en 1994 pour conduite avec les facultés affaiblies. Il avait notamment été intercepté par les policiers de la Sécurité publique de Cap-de-la-Madeleine, le 14 octobre 1994, alors qu'il se trouvait dans son véhicule, dans le stationnement de son bureau de la rue Thibeau. L'alcootest qu'il avait subi s'était avéré positif.
À ce moment, M. Lefebvre était déjà en attente d'une sentence pour une infraction du même genre commise sur l'autoroute 40, à Saint-Barthélemy, le 20 janvier de la même année. Il avait fait une embardée avec sa camionnette et il avait été arrêté par des policiers de la Sûreté du Québec pour facultés affaiblies au volant. Il avait donc été condamné à 3300 $ d'amende et il avait perdu son permis de conduire pour un an.
En dépit d'une thérapie, il avait de nouveau été arrêté en octobre 1998 sur l'autoroute 417 ouest par des agents de l'Ontario Provincial Police. C'est un automobiliste qui avait prévenu la police de la conduite de M. Lefebvre qui lui apparaissait anormale. À la suite d'un test, la police ontarienne avait constaté que le taux d'alcoolémie dans le sang du député dépassait la limite permise. Qui plus est, il avait omis de payer les frais d'immatriculation de sa voiture. C'est cette troisième arrestation qui l'avait d'ailleurs poussé à quitter le Bloc québécois pour siéger comme indépendant. Il ne s'était pas représenté à l'élection suivante. 
En septembre 1999, il avait cependant été acquitté par un tribunal de l'Ontario. Selon les explications de son avocat, la Couronne n'avait pas été en mesure de fournir une pièce jugée essentielle à la défense pleine et entière de son client. En d'autres mots, il avait bénéficié d'un vice de forme. 
Réjean Lefebvre a par la suite travaillé comme courtier immobilier pendant plusieurs années. Il a pris sa retraite il y a quelques mois.