Ugo Fredette: un homme «rigide et impulsif»

Ugo Fredette est un homme «rigide, impulsif et qui n'avait pas beaucoup d'empathie». C'est du moins l'avis de Nancy Roy, directrice générale de l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues, qui a eu à le côtoyer à plusieurs occasions.
Ugo Fredette, qui assistait le réalisateur Stéphan Parent dans le documentaire sur Cédrika Provencher, avait insisté pour que le travail se poursuive une fois les ossements de la fillette retrouvés en décembre 2015, et ce, à l'encontre de la volonté de la famille. 
«Martin Provencher ne voulait plus que le documentaire se fasse, et de notre côté nous avons pris parti pour la famille de Cédrika. Nous avons demandé qu'on respecte le choix de la famille et qu'on les laisse tranquille, mais M. Fredette avait insisté. Nous avons finalement coupé les ponts avec lui», indique Mme Roy.
«C'était un homme très impulsif et dur. Il n'avait pas beaucoup d'empathie et était rigide», se souvient Nancy Roy. L'AFPAD avait eu à lui référer certaines familles pour la poursuite d'un autre projet, le documentaire 7 femmes. 
«Il n'était pas beaucoup aimé de nos familles. Je sais qu'il y a eu des accrochages avec certains d'entre eux», mentionne Mme Roy.
Cette dernière s'est dite sidérée d'apprendre la nouvelle de l'enlèvement de Louka Fredette, jeudi soir. «Ce n'est juste pas possible que quelqu'un choisisse de régler ses conflits familiaux de cette façon.»
Mme Roy rappelle par ailleurs que le rôle de l'AFPAD, maintenant que Louka Fredette a été retrouvé, sera de l'accompagnement auprès de la famille immédiate, qui aura évidemment besoin de soutien. 
«Dans de tels cas, c'est important que les gens se retrouvent en contact avec des gens qui vivent la même chose. Nous les accompagnons tout au long du processus judiciaire si c'est le cas, mais nous tentons aussi de créer des liens de solidarité avec des groupes d'entraide. Parce qu'une fois que la poussière est retombée, souvent ces gens se retrouvent bien seuls face à cette incompréhensible perte», rapporte Nancy Roy.