L'hôtel de ville de Trois-Rivières.

Trois-Rivières: poursuite de 200 000 $ contre un entrepreneur

La Ville de Trois-Rivières vient d'entamer une poursuite de quelque 200 000$ contre un entrepreneur ayant réalisé un développement domiciliaire dans le secteur Trois-Rivières-Ouest, plus particulièrement sur la rue Place de la Corse. La Ville estime que l'entrepreneur et les firmes qui ont procédé à la construction des égouts sanitaires et pluviaux dans ce secteur ont mal effectué le travail, entraînant des problèmes d'évacuation et augmentant les risques de refoulements.
Dans une requête introductive d'instance déposée au palais de justice cette semaine, la Ville poursuit le promoteur du développement domiciliaire, Le Monarque du Richelieu, de même que les firmes Stantec Experts-Conseil et Pagé Construction division Sintra pour la somme de 200 000$, soit la somme estimée par la Ville pour faire les travaux de réparation nécessaire et ainsi corriger la situation pour les résidents du secteur.
Selon la poursuite, les irrégularités ont été détectées au mois de janvier 2015, lors de travaux d'arpentage. Il y avait alors des incongruités entre les niveaux qu'elle mesurait sur les regards et les conduites sanitaires et pluviales en comparaison avec les niveaux précisés aux plans tels que construits. À l'été 2015, une inspection des conduites a été réalisée, pour se rendre compte que les conduites sanitaires et pluviales présentaient des pentes négatives et nulles, se traduisant par des problèmes d'évacuation, augmentant de plus les risques de refoulement dans les résidences du secteur. 
«Notre prétention est que les travaux ont été mal effectués. Une mise en demeure a été envoyée le 16 novembre dernier afin que les entreprises procèdent aux travaux de correction. Ils avaient dix jours pour nous répondre, mais nous n'avons eu aucun retour. Nous avons donc mandaté nos procureurs et le comité exécutif a donné le feu vert pour poursuivre dans ce dossier», explique le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant. 
Selon lui, les conduites présentent des problèmes d'affaissement, et les travaux ne rencontrent pas les normes de conception ni les obligations légales qui avaient été négociées lors de l'entente initiale entre la Ville et le promoteur pour ce développement domiciliaire. «Certaines maisons ont même dû être pieutées. Autrement dit, selon notre point de vue, les travaux n'ont pas été réalisés selon les règles de l'art. Pour le reste, étant donné que nous amenons le dossier devant les tribunaux, nous allons retenir nos arguments pour les procédures judiciaires», ajoute Yvan Toutant.
Joint au téléphone, le président du Monarque du Richelieu, Jean-François Corbeil, a préféré ne pas faire de commentaire, le dossier étant entre les mains de la justice.