Un bambin de 3 ans se trouvait dans cette résidence au moment des meurtres de Denise Hallé et Janet Toupin-Lauzon.

Triple meurtre: un bambin se trouvait sur les lieux

Le drame qui s'est joué à Saint-Gérard-des-Laurentides, mercredi soir, se serait vraisemblablement déroulé en présence d'un enfant de trois ans, qui se trouvait à l'intérieur de la résidence où ont été assassinées Denise Hallé et sa cousine Janet Toupin-Lauzon. Le bambin, qui se trouve à être le petit-fils de Mme Toupin-Lauzon, a pu trouver refuge chez un proche de la famille qui demeure à quelques maisons de là.
Selon Radio-Canada, l'enfant aurait été transporté à l'hôpital de Shawinigan pour y subir une batterie de tests, mais n'a pas été blessé dans l'incident et aurait reçu son congé de l'hôpital. Il aurait été recueilli par des proches de Denise Hallé en attendant que sa famille, originaire de l'Ontario, vienne le chercher.
Impossible toutefois de savoir si le bambin a pu être témoin de la scène qui s'est jouée dans cette résidence, la Sûreté du Québec étant avare de commentaires dans ce dossier. Impossible aussi de savoir si le suspect dans cette histoire, Sylvain Duquette, savait que l'enfant se trouvait sur les lieux et l'aurait épargné, ou alors s'il ignorait tout simplement la présence du bambin. Les procédures judiciaires à venir dans cette affaire pourraient toutefois révéler ces détails importants.
«Il y avait un petit garçon d'environ trois ans qui a marché nu-pieds et il est venu chercher le fils à Denise qui reste à côté pour lui dire qu'il était arrivé de quoi», a déclaré une voisine sur les ondes du 106,9 FM.
Belal Shidid, un ami d'enfance des enfants de Denise Hallé, est venu porter une gerbe de fleurs devant la maison, avant de se rendre offrir ses sympathies à ses amis.
Lendemain
Au lendemain de cette tragédie qui a fait trois morts dans deux résidences du secteur Saint-Gérard-des-Laurentides et Saint-Mathieu-du-Parc, le calme était de retour devant les deux résidences, alors que les expertises de la Sûreté du Québec sur les deux scènes de crimes sont terminées et que les périmètres de sécurité ont été levés.
À Saint-Gérard-des-Laurentides, la résidence de Denise Hallé a été placardée, alors que les traces du début d'incendie étaient toujours visibles de la fenêtre. À plusieurs reprises, des proches et des passants se sont arrêtés sur les lieux pour déposer des gerbes de fleurs et venir se recueillir à cet endroit où vivait une femme visiblement appréciée de tous.
C'est le cas de Belal Shidid, un ami d'enfance des enfants de Mme Hallé, qui a fait un détour devant la maison pour venir porter quelques fleurs avant de se rendre chez son ami d'enfance pour lui offrir ses condoléances.
«Les enfants de Denise étaient plus que des frères et soeurs pour moi. Elle (Denise) était comme une mère pour moi. C'était sincère. Maintenant je travaille à l'extérieur mais quand je revenais dans le coin, je venais passer du temps ici et ensuite j'allais voir mes amis. Je voulais donner mes sympathies à mes grands chums qui ne sont pas loin et Karine qui est en France. Je vais supporter mon chum à chaque minute que j'ai. Le peu d'amour que je peux donner je vais lui donner», a déclaré M. Shidid, qui n'a pas mâché ses mots pour qualifier le geste pour lequel Sylvain Duquette est aujourd'hui accusé. 
«C'est des affaires qui ne se font pas. C'est un faible. Attaquer des dames pour rien...», a-t-il laissé tomber.
M. Shidid et sa conjointe ont pris deux minutes pour déposer les fleurs et se recueillir avant de se rendre à la résidence du fils de la victime, quelques maisons plus loin, où de nombreuses personnes étaient rassemblées pour leur offrir du soutien et s'entraider. Ils ont préféré vivre ces moments loin des médias.
Devant la résidence de Claude Duquette et Jocelyne Pellerin, sur le chemin du Méandre à Saint-Mathieu-du-Parc, c'était le calme plat. Une petite gerbe de fleurs était visible près de la pancarte annonçant l'adresse de la résidence.
Selon la belle-fille de ce couple, Josée Dandurand, M. Duquette aurait reçu son congé de l'hôpital dans la journée de jeudi et se trouverait désormais hébergé chez sa fille. (Voir autre texte) Rappelons que l'accusé aurait tenté d'incendier la résidence du couple tard mercredi soir, en plus d'asperger d'essence son père, mais le foyer d'incendie se serait éteint de lui-même. 
Des policiers et enquêteurs de la Sûreté du Québec ont continué de visiter les résidences voisines des deux maisons où se sont déroulés les crimes, durant la journée de vendredi. Ils étaient notamment accompagnés d'intervenants du Centre d'aide aux victimes d'actes criminels. 
Des patrouilleurs de la Société protectrice des animaux de la Mauricie se sont également présentés sur les lieux afin de récupérer les chiens de Sylvain Duquette, qui se trouvaient toujours à la résidence de Saint-Gérard-des-Laurentides.