Trente-six mois de prison pour des vols dans des centrales d’Hydro-Québec

La Tuque — Simon Laflamme Marchand a réglé l’ensemble de ses dossiers, mardi, au palais de justice de La Tuque. Il a avoué sa culpabilité à plusieurs chefs d’accusation d’introduction par effraction dans le but de commettre des vols, entre autres, dans des centrales d’Hydro-Québec en Haute-Mauricie.

«C’est une saga criminelle assez importante à laquelle vous avez participé», a affirmé le juge Jacques Trudel lors du prononcé de la sentence.

L’individu de 35 ans, qui a déjà une longue feuille de route, était notamment accusé de s’être introduit par effraction à la Centrale La Tuque, au Barrage La Trenche, à la Centrale Rapide-des-Cœurs et la Centrale de Chute-Allard et d’y avoir commis des vols. 

L’individu se serait emparé de fils de cuivre, de fils électriques et de nombreux outils. La valeur des vols et des dommages est à plusieurs reprises de plus de 10 000 $. Simon Laflamme Marchand aurait également volé un camion pour voler d’une centrale à l’autre.

«Il a utilisé le camion comme bélier pour défoncer une porte pour rentrer dans un autre garage. Il a volé à ce moment-là un autre camion, des fils, des outils. […] Les dommages étaient quand même importants», a relaté son avocat, Me Sébastien Talbot.

Ce dernier a également expliqué que son client avait été intercepté par les policiers en septembre. Simon Laflamme Marchand avait alors abandonné son véhicule pour prendre la fuite dans un boisé dans le secteur du Lac-à-Beauce. 

Dans sa voiture, les agents ont mis la main sur une grande quantité d’outils, 400 comprimés de méthamphétamines et son téléphone cellulaire qui contenait des photos de biens déclarés volés dans le secteur.

L’accusé aurait fait des aveux de façon verbale aux policiers lors de son arrestation, il se serait même rendu à quelques reprises avec les autorités pour montrer des objets qui appartenaient à Hydro-Québec.

«La plupart des outils récupérés appartenaient aux centrales», a noté Me Talbot.

L’enquête se poursuit dans ce dossier. Il pourrait y avoir des complices, mais Simon Laflamme Marchand a refusé de les identifier.

«Les policiers enquêtent toujours», a confirmé le procureur de la Couronne, Me Éric Thériault.

L’accusé a également plaidé coupable à d’autres vols commis à La Tuque. Il a réglé un autre dossier pour des stupéfiants, un méfait et un bris de probation. D’ailleurs, il était en attente de sa sentence lorsqu’il a commis les vols dans les centrales d’Hydro-Québec.

Les avocats ont soumis une suggestion commune de 36 mois d’emprisonnement au juge Jacques Trudel. Ils ont souligné les nombreux antécédents de l’individu notamment en semblable matière.

«On a essayé de voir une sentence globale qui représentait bien la gravité des crimes, mais également le plaidoyer rapide et sa collaboration», a noté le procureur de la Couronne. 

Le juge Jacques Trudel a entériné la décision en soulignant que la peine aurait être plus sévère bien qu’elle est importante. 

«C’est assez important comme parcours criminel pour un homme de 35 ans. […] Je vais suivre cette suggestion en espérant qu’elle soit dissuasive», a-t-il indiqué.