Yves Blais, le frère de Mélissa Blais, et sa conjointe, Sylvie René, gardent espoir de retrouver sa sœur. Ils sont accompagnés de Magalye et Bianka Blais.

«Tout le monde aimait Mélissa»

Yamachiche — Plus les semaines passent et plus le mystère persiste pour la famille de Mélissa Blais, cette mère de famille disparue depuis le 2 novembre dernier, à Louiseville. Même si c’est l’incompréhension totale pour son frère Yves Blais, il refuse toutefois de baisser les bras et soutient qu’il poursuivra les recherches tant et aussi longtemps qu’il sera sans nouvelle de sa sœur.

La décrivant comme une femme attachante et empreinte de joie de vivre, Yves Blais et sa conjointe Sylvie René n’ont que des bons mots pour Mélissa.

«Mélissa est une personne qui est attachante, les gens qui la rencontrent l’apprécient tout de suite, car elle a une joie de vivre, donc elle n’avait pas d’ennemi. Tout le monde l’aimait. Ma belle-sœur fait partie de ma vie depuis maintenant 17 ans et on a développé une excellente relation. Elle est devenue en quelque sorte ma quatrième sœur», confie Sylvie René.

Deux jours avant la mystérieuse disparition de la mère de deux enfants de 9 et 15 ans, Yves Blais et sa famille ont passé un bon moment avec Mélissa, lors de la fête de l’Halloween. En famille, ils ont ainsi sillonné les rues du quartier dans la bonne humeur. 

«Je n’ai vu aucune détresse de sa part, elle était de bonne humeur ce soir-là. Je n’ai rien remarqué qui aurait pu laisser croire qu’elle souhaitait partir», avoue Yves Blais.

Même son de cloche du côté de sa belle-sœur qui estime que Mélissa et son conjoint vivaient une relation digne d’un conte de fées.

«Elle était très heureuse depuis qu’elle était avec François. Ce qu’il a dit concernant la chicane est la vérité. C’était d’ailleurs une première chicane pour eux, puisque leur relation était très conviviale», précise-t-elle.

Mélissa Blais

Une relation frère-sœur à faire rêver

Alors que Mélissa Blais et son frère étaient très proches l’un de l’autre et se voyaient régulièrement, il devient difficile et même inconcevable de croire à l’hypothèse du suicide ou à un départ volontaire pour Yves Blais et sa famille.

«On était proche moi et ma sœur. On avait d’ailleurs la tradition depuis que l’on avait emménagé dans notre maison à Yamachiche de souper en famille le jeudi soir. Si elle avait un problème, elle m’en parlait toujours. C’est donc inconcevable de croire qu’elle est partie volontairement, car elle m’aurait au moins appelé pour m’avertir qu’elle quittait quelques jours.»

Encore sous le choc de la disparition de sa sœur, Yves Blais avoue vivre actuellement dans un tourbillon d’émotions, passant de la frustration à l’espoir de la retrouver.

«Je vis un mélange spécial d’émotions actuellement, car après trois semaines, on n’a toujours pas de preuve et on n’est pas certain de pouvoir la retrouver vivante. C’est pire de ne pas savoir, car plus le temps avance et plus on émet des hypothèses abracadabrantes. Je vis aussi de la frustration de ne rien trouver comme preuve et de revenir bredouille à la maison», soutient-il.

Pour la fille de Yves Blais, Magalye, qui est la filleule de la dame de 34 ans, elle n’a qu’un seul souhait en tête, soit celui de retrouver sa marraine le plus vite possible. «Tout ce que je veux c’est qu’elle revienne», a-t-elle lancé timidement.

Des heures d’angoisse

Malgré les heures d’angoisse que vit la famille de Mélissa Blais, c’est la réalité qui commence à les rattraper peu à peu. En effet, Yves Blais et sa conjointe ont dû reprendre le travail cette semaine, afin de tenter de retrouver un semblant de vie normale. 

«La réalité nous rattrape et même si c’était un besoin pour nous de retourner au travail pour nous changer les idées, en fin de journée, j’ai toujours hâte de revenir à la maison pour avoir des nouvelles. On a presque de la misère à se permettre d’aller faire des commissions de peur de manquer des informations», précise Sylvie René.

Dans toute cette épreuve, c’est toutefois l’espoir qui tient la famille Blais-René aussi serrée qu’elle l’était auparavant 

«On est encore aussi proche sinon plus. On est d’ailleurs en contact quotidien avec François, le conjoint de Mélissa. C’est certain que notre souhait est de retrouver Mélissa vivante ou au moins trouver un indice pour donner une piste aux policiers. Mais on ne perd pas espoir», soutient Yves.

Poursuite des recherches

Yves Blais est toutefois catégorique, même si la fatigue commence à le rattraper, dès samedi, il sera de retour sur le terrain, afin de poursuivre les recherches qui espère-t-il, pourrait le mener à retrouver sa sœur bien vivante.

«J’ai l’impression qu’il ne lâchera pas les recherches tant qu’ils n’auront rien trouvé», soutient sa conjointe.

Du côté de la Sûreté du Québec, une équipe spécialisée en recherche et sauvetage effectuera des recherches vendredi, en bordure des chemins, sur les berges et sur les plans d’eau du secteur de Louiseville. Ces recherches ne sont toutefois pas reliées à de nouveaux éléments dans le dossier, mais à la poursuite de l’enquête déjà en cours, confirme la SQ.