Francis Sauvageau est soupçonné d’avoir poignardé son père le 21 février dernier. Ce dernier avait subi des blessures sérieuses.

Tentative de meurtre sur son père: enquête préliminaire pour Sauvageau

Trois-Rivières — Francis Sauvageau, cet individu de 26 ans accusé d’avoir tenté d’assassiner son père en le poignardant à quelques reprises, était de retour devant le tribunal, lundi, pour y subir son enquête préliminaire.

Âgé de 26 ans, Sauvageau est en effet soupçonné d’avoir violemment agressé son père lors d’une dispute familiale. Les événements étaient survenus le 21 février à la résidence de la présumée victime sur la rue de Marseille.

Alain Sauvageau, 60 ans, a raconté au juge Bruno Langelier que son fils demeurait avec lui mais que leurs relations étaient très tendues. Il voulait l’aider mais son comportement agressif l’inquiétait de plus en plus, au point de le forcer à verrouiller la porte de sa chambre la nuit après qu’il eût tenté de l’agresser pendant son sommeil. 

Au cours de la soirée du 21 février 2017, Francis Sauvageau lui aurait demandé vers 22 h 30 d’aller à l’épicerie pour acheter du fromage en grains mais il a refusé. Il a en effet expliqué qu’il n’était pas très en forme et qu’en plus, il risquait de se buter à des portes fermées compte tenu de l’heure tardive. 

Or, ce refus aurait eu pour effet de mettre son fils en colère. Il lui a demandé de se calmer et le ton a monté. Le jeune homme aurait finalement décidé d’aller prendre un bain. Lorsqu’il est revenu, le père a raconté qu’il était assis devant l’ordinateur. Son fils se serait placé derrière lui. «J’ai eu l’impression qu’il me donnait des tapes derrière la tête. C’était pointu mais je croyais que c’était amical. J’étais sûr qu’il s’était calmé. Puis, j’ai vu mon sang couler. Là, je me suis dit que ça ne fonctionnait pas», a-t-il raconté. 

C’est dans cette maison de la rue Marseille à Trois-Rivières que le drame était survenu.

En fait, le suspect avait commencé à le poignarder avec un petit couteau. D’autres coups ont par la suite été assénés sur le pauvre homme. «J’ai tenté de le maîtriser mais j’ai figé. Je me rappelle qu’il m’a dit qu’en plus, je ne me défendais même pas. J’étais en état de choc. Puis, j’ai reçu un coup dans la cuisse qui m’a donné l’adrénaline pour essayer de la maîtriser. Je lui ai dit de lâcher le couteau car je perdais trop de sang et que je ne me rendrais pas. Il m’a ensuite dit : «Ok papa j’arrête», a-t-il ajouté. 

L’homme a ensuite trouvé refuge dans sa chambre où il a contacté les secours. Avant qu’il ne soit conduit à l’hôpital, il se rappelle que son fils lui aurait demandé pardon. M. Sauvageau a notamment subi plusieurs blessures à la tête, au cou, au thorax, au dos, à la cuisse gauche, à une jambe et aux mains. Son oreille a notamment dû être recousue. 

Quant au suspect, il avait été arrêté sur place par les policiers. Il avait plus tard été accusé de tentative de meurtre, voies de fait armées et de voies de fait causant des lésions corporelles. 

C’est l’avocat de la défense Me Pierre Spain qui a demandé à ce qu’une enquête préliminaire soit tenue pour justement pouvoir contre-interroger la présumée victime. Une fois cette étape terminée, il a rappelé que le renvoi au procès était contesté et qu’il avait des arguments à faire valoir. Il entendait aussi demander une révision du cautionnement de son client, qui est toujours détenu. 

Toutefois, des discussions effectuées au cours de l’après-midi entre les parties ont ouvert la porte à un possible règlement ou des changements dans les procédures à venir. 

Il a donc été convenu de reporter la suite de l’enquête préliminaire à mardi.