Le palais de justice de Trois-Rivières.

Six ans de pénitencier pour des arnaques de grands-parents

Steven Devantro a été condamné à purger une peine de six ans de pénitencier pour avoir fraudé ou tenté de frauder pas moins de 70 personnes âgées en 2015 et 2016.
Au nombre de ses victimes, on en compte une dizaine dans la région dont cette femme de Trois-Rivières qui avait été arnaquée de 7000 $ le 1er février 2016. Ces deux fils avaient réussi à intercepter deux présumés complices Alexandre Dubé, 20 ans, et Sébastien David Perez Sauvé, 19 ans en attendant l'arrivée des policiers.
C'est à partir de cet événement que la police avait été capable de remonter jusqu'à Steven Devantro et de l'arrêter. Même s'il n'est pas considéré comme le leader et l'instigateur de ces arnaques, il y a joué un rôle de premier plan pour assouvir son goût pour le jeu et les drogues.
Âgée de 66 ans, la victime de Trois-Rivières a raconté au tribunal à quel point cet événement avait eu des conséquences fâcheuses pour elle, tant physiques, psychologiques que financières.
Lors d'une bousculade avec les suspects, elle était tombée sur le sol et avait subi des blessures sérieuses qui l'empêchent désormais de travailler. «Nous avons tous gagné notre vie honnêtement. Je ne peux pas comprendre qu'il y a des gens qui se lèvent le matin et qui, au lieu de travailler, brisent des vies», a-t-elle déclaré.
Le juge Jacques Trudel a cependant pris soin de lui rappeler qu'elle pouvait avoir la mince consolation de penser que grâce à elle et ses fils, les délinquants avaient été arrêtés. «Aujourd'hui, vous savez que vous n'étiez pas visés personnellement mais plutôt en fonction de vos prénoms», a-t-il ajouté.
Rappelons que l'arnaque de grands-parents consiste à se faire passer pour un petit-enfant lors d'un contact téléphonique auprès d'une personne âgée. Le fraudeur raconte avoir un urgent besoin d'argent après avoir été victime d'un accident de la route ou arrêté par les policiers. Il désire ainsi payer une caution ou encore les honoraires d'un avocat.
Dans le cas de Steven Devantro, il avait mis au point un système comprenant un scénario très précis incluant les réponses à formuler. Pour ajouter de la crédibilité à l'arnaque, un autre individu pouvait même se faire passer pour un policier. Une fois le contact établi, des individus étaient embauchés pour se rendre aux adresses des victimes et recueillir l'argent.
Différentes techniques avaient également été employées pour repérer les victimes. Devantro fouillait sur le site Canada 411 à la recherche de femmes dont le prénom est plus ancien et qui est susceptible d'avoir des petits-enfants.
C'est ainsi que les Yolande, Thérèse, Cécile et Simone étaient privilégiées. Lors de la perquisition à son domicile, les policiers avaient d'ailleurs retrouvé sur son ordinateur une copie de la page de recherche de Canada 411 présentant les coordonnées des Gisèle demeurant dans le secteur de Rosemont à Montréal. 
Devantro avait également épluché des avis de décès pour cibler des veuves et noter le prénom des petits-enfants.
Les sommes demandées variaient entre 2000 $ et 6000 $ environ. Et si la personne mordait à l'hameçon, les suspects en profitaient pour revenir à la charge et réclamer plus d'argent.
Entre l'été 2015 et son arrestation en mars 2016, Devantro a ainsi arnaqué ou tenté d'arnaquer près de 70 personnes. Dans la majorité des cas, il s'agit de femmes âgées entre 64 et 92 ans. Le montant total des fraudes atteint 156 000 $. La pire arnaque a été faite aux dépens d'une femme de Saint-Jérome. Elle se situe à 19 000 $. Le montant des tentatives de fraude est de 209 000 $.
Lors de son retour devant le tribunal lundi, Devantro a donc enregistré des plaidoyers de culpabilité sur tous les chefs de fraude et tentatives de fraude portés contre lui. Par la suite, les avocats Me Martine Tessier à la Couronne et Me Gary Morin à la défense ont soumis une suggestion commune de sentence au juge Jacques Trudel qui a été entérinée. 
Notons toutefois qu'en raison de la détention préventive, Devantro devra purger à compter de maintenant quatre ans et neuf mois, soit 1818 jours exactement.