Sept mois de prison pour des vols dans des maisons de Trois-Rivières

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Steven Goudreault a été condamné à sept mois de prison pour une série de vols dans des maisons de Trois-Rivières qui avaient été commis entre août 2018 et février 2019.

En compagnie d’un présumé complice, le Trifluvien de 34 ans s’était introduit par effraction dans sept maisons et un garage dans le but d’y voler des biens tels que des téléviseurs, des haut-parleurs, des bijoux, des outils et même un panneau électrique.

Selon la procureure de la Couronne, Me Catherine Lemay, la valeur totale des biens dérobés est estimée à environ 21 000 $. Quelques objets avaient ensuite été retrouvés chez Goudreault mais plusieurs d’entre eux étaient demeurés introuvables.

Au départ, le suspect avait planifié ces vols sur la base d’informations à l’effet que les maisons étaient en rénovation ou en construction. Or, certaines étaient bel et bien habitées. Des dommages avaient aussi été causés à des résidences. De la neige s’était notamment retrouvée à l’intérieur d’une maison car la porte avait été laissée ouverte après le vol.

L’une des victimes avait aussi raconté le choc ressenti lorsqu’elle était revenue chez elle et avait découvert sa maison sens dessus dessous, sans compter le vol d’objets ayant une valeur sentimentale.

Dans cette affaire, Goudreault, qui est défendu par Me Jean-François Lauzon, avait dit avoir le goût de réparer les torts. Il avait d’ailleurs amassé de l’argent en guise de dédommagement.

Le juge Jacques Trudel a évidemment tenu compte de cet aspect, de son potentiel de réhabilitation et de son plaidoyer de culpabilité entre autres. D’un autre côté, il ne peut ignorer la préméditation et la planification des vols, les dommages causés, la valeur des biens volés, l’impact chez les victimes, les antécédents judiciaires de l’accusé et le risque de récidive.

Il a donc décidé de lui imposer sept mois de prison et l’obligation de verser la somme de 2850$ à la victime qui avait fait une demande en ce sens. En tenant compte de sa détention provisoire, il lui reste 189 jours à purger et sera sous probation pendant deux ans.