C'est à cet endroit du parc portuaire que l'agression a eu lieu.

Sentence clémente pour un jeune agresseur

Trois-Rivières — L’adolescent qui a infligé une solide raclée à un autre jeune le 15 juin dernier au parc portuaire de Trois-Rivières a été condamné à réaliser 60 heures de travaux bénévoles et à verser une indemnisation de 300 $ à la victime pour son crime.

Il aura 8 mois pour réaliser ses travaux communautaires et 12 mois pour remettre les 300 $ à la victime. Il sera également sous probation pendant un an avec surveillance pendant les huit premiers mois. Même si, présentement, il est à l’école, il devra faire des efforts pour poursuivre ses études ou se trouver un emploi. Tout contact avec la victime lui est interdit sauf dans le cadre d’une médiation. D’ailleurs, il devra se soumettre à une médiation directe avec la victime si celle-ci le désire. Il devra également prendre part à un programme d’aide pour les jeunes ayant une problématique de violence. Enfin, il lui sera interdit d’avoir des armes en sa possession.

Cette sentence, prononcée mercredi par la juge Daniel Perreault au Tribunal de la jeunesse, est issue d’une suggestion commune des avocats au dossier, soit Me Pénélope Provencher à la défense et Me Hippolite Brin à la Couronne. Les parties ont notamment tenu compte d’un rapport présentenciel très positif et de la réinsertion sociale de l’adolescent.

Rappelons qu’il avait plaidé coupable à un chef de voie de fait grave pour des événements survenus le 15 juin. La victime, âgée de 16 ans, se promenait seule au parc portuaire dans ce secteur lorsqu’elle avait croisé un groupe de 7-8 adolescents. Des insultes avaient été lancées de part et d’autre. L’adolescent avait néanmoins poursuivi sa balade pour finalement retourner vers le groupe de jeunes. Encore là, des insultes avaient été échangées et le ton avait monté. Finalement, les deux adolescents de 16 ans au cœur de cette histoire avaient convenu de ne pas se battre et s’étaient serré la main.

Un ami de l’agresseur était alors intervenu en se moquant du jeune parce qu’il avait les mains moites. Il l’avait même poussé. L’adolescent avait répliqué en lui donnant un coup de poing mais il avait raté sa cible. C’est à ce moment que l’agresseur avait perdu les pédales et qu’il lui avait asséné quatre coups de poing d’une telle violence que la victime avait perdu connaissance. Le groupe de jeunes avait ensuite quitté prestement les lieux.

Lorsque l’adolescent était revenu à lui, il lui avait fallu une quinzaine de minutes avant qu’une personne ne daigne lui venir en aide. C’est la diffusion de la vidéo de l’agression qui avait ensuite permis d’identifier l’agresseur et de l’arrêter. La victime avait subi des blessures importantes, qui avaient d’ailleurs nécessité une reconstruction de son visage. Ses deux globes oculaires avaient été enfoncés et le nez cassé à quatre endroits.

Lors de la comparution de son agresseur, le 18 juin, la victime avait tenu à être présente au palais de justice, parlant d’un crime tout à fait gratuit. Il avait raconté que l’agresseur se serait approché de lui pour lui proposer de se battre. Une gang de jeunes aurait alors commencé à l’insulter parce qu’il refusait. Toujours selon lui, le suspect l’aurait alors roué de coups sans raison.

Finalement, il a fait l’objet lui aussi d’une accusation pour son implication dans cette affaire mais il a bénéficié de sanctions extrajudiciaires. Notons qu’il était absent mercredi pour le prononcé de la sentence contre son agresseur.