L'eau recouvrait ce week-end une partie du boulevard du Danube à Bécancour.

Semaine déterminante pour les cours d'eau

La région devrait connaître cette semaine des températures au-dessus du point de congélation. Alors que plusieurs cours d'eau de la Mauricie ont toujours un couvert de glace et que leurs niveaux sont élevés, cela pourrait entraîner des embâcles et des inondations, prévient la Sécurité civile.
«Nous surveillons plus sérieusement les rivières de la Mauricie avec cette augmentation des températures. Avec toute la neige qui reste au sol, il y aura du ruissellement. Si les couverts de glace cèdent rapidement, cela peut entraîner des embâcles», soutient le directeur régional de la Sécurité civile, Sébastien Doire. «De son côté, le niveau du fleuve est toujours haut, mais il se stabilise.»
Plusieurs secteurs de la Mauricie et du Centre-du-Québec étaient inondés samedi en raison notamment des pluies abondantes et de la fonte des neiges de la dernière semaine. 
La rivière Bécancour et le fleuve Saint-Laurent étaient particulièrement hauts. La Sécurité civile rapportait samedi qu'un secteur de l'avenue de l'Anse était inondé. De l'autre côté de la rive de la rivière Bécancour, l'avenue Montesson était submergée d'environ un pied d'eau sur une centaine de mètres. 
Plus haut sur la rivière Bécancour, un embâcle s'est formé à la base du pont Trahan-Savoie. L'amoncellement de glace s'étendait, selon la Sécurité civile, sur près d'un kilomètre. Cet embâcle a causé l'inondation d'une partie du boulevard du Danube ainsi que du chemin du Petit-Chenal. Ces deux routes étaient d'ailleurs fermées à la circulation ce week-end. 
Inondée vendredi, l'avenue des Cendrés à Bécancour a vu redescendre le niveau de la rivière Gentilly samedi. L'eau a toutefois endommagé une partie de la route. La Ville de Bécancour doit analyser l'état des dégâts lundi afin de procéder aux réparations. 
De plus, un embâcle s'est formé plus bas sur la rivière Gentilly près de la centrale nucléaire Gentilly-2, entraînant des inondations. Une partie de la route menant à la centrale était alors submergée. La situation était toutefois rentrée dans l'ordre dimanche. 
À Maskinongé, la route Langue-de-Terre est toujours inondée à cette période-ci de l'année. Ses résidents n'étaient donc pas surpris samedi de constater que l'eau recouvrait d'environ un pied leur rue. 
Du côté de Yamachiche, le chemin Louis-Gatineau près de la sortie 180 de l'autoroute 40 était fermé à la circulation en raison d'une inondation. 
«Les mêmes secteurs étaient inondés dimanche, mais l'eau s'était quelque peu retirée», précisait Sébastien Doire.
Saint-Paulin
Par ailleurs, la Municipalité de Saint-Paulin a rouvert à la circulation le rang Saint-Louis. Rappelons qu'une partie de la chaussée avait été emportée par l'eau vendredi. Les travaux publics de la municipalité ont depuis aménagé une route temporaire. 
«Le sinistre lui-même a été géré efficacement», affirme le maire de Saint-Paulin, Serge Dubé, dans une lettre envoyée au Nouvelliste
«Lundi, nos services municipaux et le personnel gouvernemental de la Sécurité civile feront un diagnostic détaillé de la situation. Des professionnels planifieront les travaux de remise en état en ajoutant des précautions pour éviter un autre sinistre au même endroit. La Municipalité sera admissible au financement gouvernemental en pareille situation comme m'en a assuré le député provincial, Marc H. Plante, venu sur les lieux vendredi pour encourager les citoyens sinistrés et la municipalité.»