À 85 ans, Rock Gélinas devra se tenir loin des mineurs pour la prochaine année.

Rock Gélinas est acquitté mais doit respecter un engagement

TROIS-RIVIÈRES — Rock Gélinas, 85 ans de Louiseville, a bénéficié d’un acquittement sur les accusations de nature sexuelle portées contre lui mais devra respecter un engagement lui interdisant de s’approcher des présumées victimes et de se trouver en présence de jeunes de moins de 18 ans, sauf en compagnie d’une personne adulte.

Dans un premier temps, le prévenu avait comparu en avril 2016 au palais de justice de Trois-Rivières pour être accusé d’attentat à la pudeur et de grossière indécence concernant des événements survenus entre 1957 et 1985. Il se serait alors livré à des abus sexuels sur quatre fillettes âgées de moins de 14 ans.

Des évaluations neuropsychologiques effectuées en janvier 2018 avaient ensuite révélé que l’octogénaire souffrait d’un trouble neurocognitif vasculaire léger. Il avait été déclaré inapte puisque selon un rapport, les fonctions cognitives de l’accusé ne lui permettaient pas de comprendre les conséquences éventuelles des poursuites et de communiquer avec son avocat. Les accusations avaient alors été suspendues. Au terme de nouvelles évaluations, il était redevenu apte.

Au stade de son procès, les discussions entre la procureure de la Couronne, Me Catherine Lemay, et l’avocat de la défense, Me Emmanuel Ayotte de l’aide juridique, ont ensuite donné lieu à un acquittement, faute de preuves suffisantes à offrir. En contrepartie, la Couronne a cependant obtenu de Rock Gélinas qu’il signe un engagement de type 810. Dans celui-ci, il est précisé qu’en raison d’incidents qui seraient survenus entre 1957 et 1985, la Couronne a des raisons de craindre qu’il puisse commettre des infractions envers des personnes âgées de moins de 16 ans.

L’octogénaire s’est donc engagé au cours de la prochaine année à ne pas troubler la paix, à avoir une bonne conduite, à ne pas communiquer avec les plaignantes directement ou indirectement, à ne pas se rendre à leur domicile ni à leur lieu de travail, à ne pas avoir de contact avec des mineurs sauf en compagnie d’un adulte et à ne pas se rendre dans les parcs, garderies, terrains d’écoles et autres lieux où des jeunes peuvent se trouver.