René Kègle

René Kègle hospitalisé: son enquête préliminaire reportée à la mi-juillet

Comme René Kègle est toujours hospitalisé après avoir subi une raclée à la prison d’Orsainville, son enquête préliminaire pour le meurtre d’Ophélie Martin-Cyr et une tentative de meurtre sur une autre jeune fille, a été reportée à la mi-juillet.

Selon les informations qui ont été transmises au juge Jacques Trudel jeudi matin, le prévenu devait rencontrer dans la journée un neurologue. C’est lui qui pourra déterminer à quel moment il quittera l’hôpital afin d’être transféré au palais de justice de Trois-Rivières pour y subir, éventuellement, son enquête préliminaire. Son état sera évalué aux 24 heures.

Il a donc été convenu que le dossier allait être reporté à vendredi matin afin notamment de fixer les nouvelles dates de l’enquête préliminaire et déterminer la suite des choses. À moins d’un changement, tout semble indiquer que les audiences commenceront le 9 juillet et se poursuivront les jours suivants. Une dizaine de témoins seront alors entendus dont un pathologiste, un technicien du service d’identité judiciaire, le présumé complice de Kègle, Francis Martel, et la jeune fille qui se trouvait dans le véhicule avec eux et qui avait réussi à prendre la fuite en sautant par la fenêtre. 

À LIRE AUSSI: René Kègle tabassé en prison

Notons que dans le cas de Martel, qui est accusé lui aussi du meurtre au premier degré d’Ophélie Martin-Cyr et de complicité après le meurtre, son dossier a été reporté pour la forme au 23 juillet. 

On sait que René Kègle a été battu par des co-détenus à la prison d’Orsainville la veille de son enquête préliminaire. Ces derniers auraient utilisé des boîtes de conserve pour lui infliger une bonne raclée. Il était auparavant incarcéré à la prison de Rimouski mais il aurait été conduit à Orsainville dans le cadre de son transit vers Trois-Rivières. 

Son avocate, Me Anne-Sophie Bédard, avait informé le tribunal au début de la semaine qu’elle essayerait éventuellement d’obtenir son consentement afin que son enquête puisse se dérouler sans sa présence mais il semble que son client n’était pas en mesure de le faire. Depuis, rien ne laisse croire qu’il pourrait consentir à cette éventualité. Compte tenu des délais à respecter, ce n’est pas sans raison que de nouvelles dates ont rapidement été prévues. Le meurtre d’Ophélie a été commis le 10 octobre 2018 dans un champ de Yamachiche.  

Me Benoît Larouche, procureur de la Couronne, a par ailleurs fait savoir au juge qu’il pourrait aussi déposer certains documents vendredi en vue de préparer les deux autres enquêtes préliminaires de René Kègle en lien avec les meurtres de Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert. Des dates ont été réservées au calendrier cet automne sans pour autant être encore officiellement fixées.